1er novembre - La fête de tous les saints



La Toussaint, la fête de tous les saints

 

Le 1er novembre, l'Eglise célèbre en une seule fête tous les élus du Ciel: ceux que Dieu a déjà accueillis dans son royaume, cette foule immense de tous ceux qui, ayant conformé leur vie à l'Evangile, goûtent désormais auprès de Dieu un bonheur sans fin, toujours renouvelé, dans la continuelle louange et acclamation du Dieu trois fois Saint.

 

L'Eglise nous invite donc à nous réjouir du bonheur de tous les bienheureux dans le Ciel: pour exprimer cette joie, la liturgie retrouve les ornements blancs. Située vers la fin de l'année liturgique, cette fête nous rappelle le retour prochain du Seigneur et l'instauration de son Royaume glorieux.

 

Cette fête doit susciter en nous une immense espérance et une grande joie. Parmi les saints du Ciel, il en est que nous avons connus: aujourd'hui, notre prière se met à l'unisson de leur joie.

 

Un peu d'histoire...


panthéon de rome 

 


C'est en Orient qu'on a d'abord commencé à célèbrer la mémoire de "tous les saints"(d'où le nom de "tous-saint"). En Occident, cette fête remonte au XIIème siècle. Elle a pour origine la dédicace du Panthéon romain (temple païen) au culte du vrai Dieu, en 610: le pape Boniface IV voulait y transporter les ossements de nombreux martyrs, tirés des catacombes. Il dédia cette nouvelle basilique chrétienne à Sainte Marie et aux martyrs. Cette fête manifestait le triomphe du Christ sur les fausses divinités païennes.

En 835, le pape Grégoire IV l'a fixée au 1er novembre et étendue à toute la chrétienté. Au XIème siècle, la basilique consacrée par le pape Boniface IV fut restaurée et la nouvelle dédicace eut lieu le 1er novembre. Cette fête prit un caractère plus général: la basilique fut consacrée à Sainte Marie et...à tous les saints.

 

Tous les saints...

 

Une magifique page de l'Apocalypse (Ap 7, 4-12) nous donne, dans une vision grandiose de la Jérusalem céleste, une idée de ce qu'est le Ciel et le bonheur des élus.

"Je vis une grande multitude que nul ne pouvait compter, de toutes nations, tribus, peuples et langues (...) et tous adorèrent Dieu en disant: "Amen! Bénédiction, gloire, sagesse, action de grâces, honneur; puissance et force à notre Dieu dans les éternités des éternités! Amen." (Ap 7, 9-10)

L'Eglise nous invite à nous réjouir de ce bonheur des saints, bonheur parfait et éternel. Nous nous réjouissons pour eux, avec eux, et eux-mêmes prient pour nous obtenir la grâce.

 

tapisserie d’Angers
Apocalyspe - tapisserie d’Angers

Le bonheur du Ciel

 

Le bonheur du Ciel, entrevu dans la vision de l'Apocalypse, c'est ce à quoi nous devons aspirer de tout notre coeur. En réalité, c'est le vrai but de toute notre vie pour comtempler Dieu dans sa Lumière de gloire et l'adorer, chanter sans fin sa louange, avec une joie sans cesse renouvelée.

"Une louange de gloire, c'est une âme qui fixe Dieu dans la foi et la simplicité, (...) c'est aussi comme un cristal au travers duquel il peut rayonner et contempler toutes ses perfections et sa propre splendeur."(Bienheureuse Elisabeth de la Trinité, Pensées I).

C'est encore Lui rendre grâces, le remercier, Lui de qui nous avons tout reçu (1 Co 4,7)

C'est bien de Lui, en effet, que nous avons tout reçu:

  • L'existence, en tout premier lieu - la vie naturelle
  • Notre Baptême qui nous donne la vie surnaturelle
  • Puis la possibilité d'obtenir le pardon de nos fautes par le sacrifice de la Croix
  • Pour parvenir enfin à la béatitude éternelle auprès de lui, véritable but de notre vie

Qui sont les saints?

 

Les saints, ce ne sont pas seulement les saints "canonisés", ceux qui sont inscrits au calendrier...Ce sont aussi des innombrables saint inconnus, "cette immense multitude..." (Ap 7,9) et ... de toutes les époques, Ancien ou Nouveau Testament.

C'est cette foule innombrable de ceux qui ont voulu vivre humblement, obscurément, dans la fidélité à Dieu au quotidien et dans les plus petites choses. "Je mettrai tant damour dans les petites choses ordinaires qu'elles deviendront extraordinaires" (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)

Tous, ils ont d'abord - comme nous maintenant - cheminé et peiné sur cette terre d'exil; ils ont vécu,fidèles à Dieu et à la grâce de leur baptême, dans la foi, l'espérance et la charité, dans la pratique des commandements et des béatitudes.

 

L'Evangile des Béatitudes (Mt 5, 3-11) nous indique par quelle route ils sont parvenus à ce bonheur du Ciel. Sous un aspect ou sous un autre, ils ont reproduit dans leur vie la sainteté du Christ, ils en sont le témoignage multiforme. Ils sont, dit saint François de Sales, "la face humaine de Dieu".

 

Passés devant nous, ils nous indiquent la route à suivre pour goûter un jour cette joie, ce "repos éternel" qui nous est promis. "Que les justes soient comme dans un festin, qu'ils tressaillent de joie en la présence de Dieu" ( Ps 67, 4).

A nous de suivre aussi cette route, il n'y en a pas d'autre pour nous conduire où ils sont.

 

Nous sommes tous appelés à la sainteté

 

Lebonheur du Ciel nous attend, nous aussi, après cette vie ici-bas.

L'appel à la plénitude chrétienne et à la perfection de la charité s'adresse à tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur rang et leur état. Tous sont appelés à la sainteté. "Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" (Mt 5, 48).

 

Nous sommes tous appelés à la sainteté, c'est à dire à l'union avec Dieu; devenir participants de sa divinité. Cet état d'union avec Dieu, qui dépasse la condition de notre nature humaine, s'appelle pour cette raison la vie sur-naturelle.

 

Le progrès spirituel tend à l'union toujours plus intime avec le Christ. Cette union s'appelle mystique parce qu'elle participe au mystère du Christ par les sacrements - les "saints mystères" - et, en lui, au mystère de la Sainte Trinité.

Dieu nous appelle tous à cette intime union avec lui, même si des grâces spéciales ou des signes extraordinaires de cette vie mystique sont seulement accordés à certains en vue de manifester le don gratuit fait à tous. (Cathéchisme de L'Eglise Catholique n°2014).

 

 

Oui, cette union avec Dieu dépasse infiniment notre nature humaine, mais c'est très précisement pour cela que Dieu nous a créés: faire de nous ses enfants et nous faire partager son bonheur auprès de lui. C'est en cela que, dans la création, nous lui rendons plus particulièrement gloire.

 

Pour obtenir le bonheur du Ciel, suivons

 

L'Eglise nous invite donc à désirer ce bonheur, le désirer d'un grand désir et à tout faire pour l'obtenir. Pour cela, les exemples des saints sont d'un soutien précieux, un encouragement à persévérer dans la bonne voie, à supporter nos peines et nos épreuves; si eux l'ont pu, pourquoi pas nous?

 

Le chemin de la perfection passe par la Croix. Il n'y a pas de sainteté sans reconcement et sans combat spirituel. Le progrès spirituel implique l'ascèse et la mortification qui conduisent graduellement à vivre dans la paix et la joie des béatitudes. ( Catéchisme de l'Eglise Catholique n° 2015).

 

"Si quelqu'un veut me suivre à ma suite, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive." (Mt 16, 24).

 

 

Avant d'aller les retrouver au Ciel

 

A travers cette belle et joyeuse célébration de la Toussaint, l'Eglise nous a fait entrevoir tout le bonheur qui nous attend, nous aussi, si nous en prenons les moyens, après notre vie sur la terre.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article