"L’archevêque de Dijon en visite pastorale" le Bien Public



Présentation de la paroisse de Bligny-sur-Ouche à Mgr Minnerath.  Photo Philippe Gagnepain

Présentation de la paroisse de Bligny-sur-Ouche à Mgr Minnerath.  Photo Philippe Gagnepain

La visite de Mgr Minnerath a été l’occasion pour les responsables de la paroisse de lui présenter les points forts et les points faibles de l’ensemble paroissial.


Mgr Minnerath, archevêque de Dijon, a visité dimanche la paroisse de Bligny-sur-Ouche. Il a été accueilli le matin à la maison paroissiale, rue Mathey, où la paroisse lui a été présentée grâce à un diaporama reprenant la géographie, la démographie et l’économie.

La paroisse réunit vingt-trois villages qui font tous partie du canton à l’exception de Bouhey, rattaché à Pouilly-en-Auxois. Elle compte environ 3 000 habitants, 1 296 ménages et une augmentation de population de 10,80 % entre 1999 et 2007. Ces chiffres ont été commentés par Christiane Renard. Les enfants du catéchisme ont ensuite présenté les célébrations de l’année 2011 : 21 baptêmes, 5 mariages et 31 sépultures.

Une communauté qui s’investit

Enfin, Martine Germain a commenté la réalité quotidienne de la paroisse, avec ses points forts : un groupe d’animation liturgique, des équipes de préparation pour la prière universelle, deux organistes, une assemblée participante. Elle a également évoqué ses points faibles : équipes vieillissantes, non-résidence des deux prêtres, Paul Houdart et Étienne Hache, ce qui entraîne des difficultés matérielles et oblige à de fréquents déplacements. Mais côté positif, ces difficultés ont obligé la communauté chrétienne à prendre ses responsabilités et s’investir davantage pour faire vivre la paroisse.

À 11 heures, la messe ­concélébrée par les deux prêtres et l’archevêque a été animée par les enfants du catéchisme, la chorale et les guitare, flûtes et orgue.

Après un repas amical sous forme de buffet préparé par les paroissiennes, un nouveau moment d’échange s’est établi sur la charité, l’évolution de l’Église, la préparation au mariage, les divorcés remariés et le constat des jeunes qui ne fréquentent plus l’Église même si certains peuvent vivre des expériences fortes lors de grands rassemblements comme les Journée mondiale de la jeunesse (JMJ) mais celles-ci ne s’inscrivent pas dans la durée

Source : Le Bien Public

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article