L'archevêque de Dijon pourrait être nommé cardinal en 2012...

 

Dijon : Monseigneur Minnerath bientôt bras-droit du pape ?


L'archevêque de Dijon bientôt "ministre du pape" ?

"Monseigneur Roland Minnerath pourrait bien devenir le prochain cardinal français à l'occasion du consistoire de 2012. En effet, son nom circule de façon persistante au Vatican" : l'information, qui ferait de l'archevêque de Dijon l'un des plus proches collaborateurs du pape Benoît XVI à Rome, provient du site Golias-news.com - le "Canard enchaîné du Vatican", selon un porte-parole du diocèse de Dijon. Info ou intox ? Si le diocèse penche pour la rumeur, des arguments de poids pourraient faire pencher la balance en faveur de Roland Minnerath, habitué du palais du Vatican...

"Chef de dicastère au Vatican"... L'expression peut paraître obscure mais elle est tout simplement le synonyme de "ministre" au sein de la Curie romaine - l'ensemble des branches administratives assistant le pape dans sa mission de gouvernement de l'Église catholique. Selon le site d'information Golias-news.fr, c'est à l'un de ces postes de "ministre du pape" que Roland Minnerath, aujourd'hui archevêque de Dijon, serait destiné dès 2012 (Lire ici l'article)... Pour ce journal spécialisé - qu'un porte-parole du diocèse de Dijon n'hésite pas à qualifier de "Canard enchaîné du Vatican" -, Roland Minnerath "pourrait bien devenir le prochain cardinal français à l'occasion du consistoire de 2012. En effet, son nom circule de façon persistante au Vatican pour une charge cardinalice de chef de dicastère".

Une hypothèse que le site d'information juge d'autant plus probable que le pape "tient à nommer un nombre plus conséquent de non-Italiens à sa Curie, comme cela était le cas avec son prédécesseur, Jean-Paul II. Depuis son arrivée, Benoît XVI avait fait appel à beaucoup d'Italiens". Et de continuer : "Pour le consistoire de 2012, il semble donc impératif de prévoir au moins un nouveau cardinal français. Et ce d'autant plus que la France n'a reçu aucune barrette rouge lors du dernier consistoire de 2010... On compte, outre Roland Minnerath, six ou sept possibles : Jean-Louis Bruguès et Dominique Mamberti (Curie), Pierre d'Ornellas (Rennes), Robert Le Gall (Toulouse), Jacques Perrier (Tarbes-Lourdes) ou Georges Pontier (Marseille)". Autre atout pour l'archevêque de Dijon, toujours selon le journal en ligne : "Originaire de Sarreguemines en Moselle, Roland Minnerath est parfaitement bilingue en langue allemande et très à l'aise dans le monde germanique. Il a d'ailleurs séjourné à Rome au collège allemand "Teutonico", qui se trouve à l'intérieur même de la Cité du Vatican". Un point fort, selon le site internet, dans la mesure ou le pape Benoît XVI est lui-même originaire d'Allemagne.

Mais quel crédit accorder réellement à ces propos de Golias-news.com ? Selon un porte-parole du diocèse de Dijon, "Golias est une sorte de Canard Enchaîné contre l'establishement de l'Église. Mais, même si je sais qu'il sont très bien renseignés du côté de Rome, je ne peux m'empêcher de penser qu'une telle déclaration a un fort potentiel de nuisance. En général, quand ils sortent une info de ce genre, le pape fait tout l'inverse. Une annonce de ce genre pourrait donc davantage nuire à Monseigneur Minnerath"...

Roland Minnerath, un archevêque proche des papes

Malgré ces doutes formulés par le diocèse de Dijon, le profil de Roland Minnerath présente des atouts indéniables pour le poste de chef de dicastère. Tout d'abord, sa proximité théologique avec le souverain pontife. "Du temps de Ratzinger (ndlr : nom civil de Benoît XVI), il était l'un de ses meilleurs théologiens. Formé en partie par l'actuel pape, Roland Minnerath fait donc partie de la même école de pensée", note ce porte-parole du diocèse de Dijon. Côté formation, Roland Minnerath compte de nombreuses autres cordes à son arc... Après une maîtrise d'Histoire à l'Université de laSorbonne, il a poursuivi son cursus à l'Université de Paris-Dauphine (Paris IX) pour obtenir un doctorat d'État en Sciences de gestion. Entré au séminaire, il a ensuite suivi des études de théologie et de droit canon à laFaculté de théologie catholique de Strasbourg, ainsi qu'à l'Université pontificale grégorienne à Rome. Il a ainsi obtenu un deuxième doctorat d'État en théologie catholique et un doctorat en droit canonique. Roland Minnerath est, par ailleurs, diplômé de l'École pratique des hautes études.

Frais émoulu de ces différents cursus universitaires, Roland Minnerath côtoie déjà le Saint-siège... En effet, ordonné prêtre le 25 juin 1978 pour l'archidiocèse de Strasbourg, il est rapidement mis à disposition de laSecrétairerie d'État, organe de gouvernement le plus proche du souverain pontife pour l'aider dans l'exercice de sa fonction. Une information confirmée par le diocèse de Dijon, qui précise même que "la décision de le nommer secrétaire avait été prise par Jean-Paul II lui-même". Sa proximité avec les papes est donc vieille de presque trois décennies...

Outre ses points d'accord théologique avec l'actuel pape, Roland Minnerath témoignait par ailleurs d'une amitié et d'une grande admiration pour Benoît XVI lors de l'élection du souverain pontife, en 2005. "Quand j'ai vu que c'était Joseph Ratzinger qui a été choisi par les cardinaux, j'ai jubilé : j'ai travaillé avec lui pendant vingt ans", notait-il alors (Lire ici l'article sur Pontificale.com). Et d'ajouter : "C'est quelqu'un d'une grande simplicité, très humble, un homme de devoir. Ses premiers mots ne m'ont pas surpris : "L'humble ouvrier dans la vigne du Seigneur". Cette phrase, ce n'est pas de la littérature, il la pense vraiment ! Autrement, il a été professeur, et ça se ressent : il aime rechercher, aller au fond des choses. C'est un théologien hors pair. Il était déjà expert du cardinal Frinks lors du concile Vatican II. Ensuite, il a été pendant vingt-cinq ans le préfet de la congrégation pour la doctrine de la Foi. Mais il n'a rien d'un doctrinaire. C'est un homme libre, capable de parler avec tous. Il sera très fort dans les discussions pour les idées". Une véritable déclaration d'amitié spirituelle.

Une solide expérience au service du Saint-Siège

Roland Minnerath peut également se prévaloir d'une expérience riche et diverse au service du Vatican. Secrétaire et auditeur à la nonciature de Brasilia, au Brésil, puis de Bonn, en Allemagne - les nonciatures sont l'équivalent des ambassades dans le vocabulaire diplomatique - de 1980 à 1985, il accède ensuite au poste de fonctionnaire au Conseil pour les affaires publiques de l'Église au Vatican, de 1985 à 1988. "Il est d'ailleurs citoyen du Vatican depuis son passage dans les nonciatures", commente le porte-parole du diocèse de Dijon. Après un retour à Strasbourg en 1989, pour enseigner l'histoire de l'Église ancienne et médiévale à la Faculté de théologie catholique, ainsi que les relations Église-États à l'Institut de droit canonique, Roland Minnerath sera nommé archevêque de Dijon le 13 février 2004.

L'occasion également de renouer avec des responsabilités auprès du Saint-Siège... "L'archevêque de Dijon représente aujourd'hui le pape autour du monde dans toutes les réunions sur le dialogue entre l'Église catholique et les orthodoxes. Il est également membre de l'Académie pontificale des sciences sociales à Rome et exerce des fonctions temporaires, comme lorsqu'il fut secrétaire spécial du synode des évêques en octobre 2005", commente le diocèse de Dijon. Autant de qualités et d'expériences qui, selon le porte-parole de l'institution dijonnaise, "font de lui un homme de stature internationale, aujourd'hui incontournable. Il est donc possible que si le pape a besoin d'un collaborateur direct au sein d'un dicastère, un ou deux postes correspondent effectivement bien à son profil : je pense notamment aux relations internationales ; et sur le plan théologique, il y a beaucoup de sujets sur lesquels le pape pourrait avoir besoin de lui". La réponse définitive, quant à elle, ne sera connue que "dans quelques mois", selon ce porte-parole du diocèse. Et de préciser : "Chaque année au moment de Noël, le pape réunit les cardinaux - certains, en effet, sont à Rome pour leur dicastère mais d'autres sont répartis un peu partout dans le monde". Le 25 décembre 2011 sera donc peut-être, pour Roland Minnerath, porteur d'une autre bonne nouvelle...

Source : DijonScope

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-Pierre 22/09/2011 08:08


Merci à tous ceux qui acceptent les missions auxquels ils sont appelés.
A la suite du Christ, ils peuvent dire en vérité : "Je ne suis pas venu pour être servis mais pour servir".


GST 21/09/2011 22:42


Ah les "promotions" dans l'Église...