Nouvelles urnes du conclave

L'urne traditionnelle pour le vote pendant le conclave va être adaptée à la constitution Universi Dominici Gregis de 1996.
urnes_conclave_2005
Sur une tapisserie du Vatican du milieu du XVII siècle figurent les calices ayant servi d'urnes au conclave qui élit Urbain VIII en 1623. La sacristie de la Chapelle Sixtine conserve un calice et une pyxide très semblables qui servirent aux conclaves du siècle dernier jusqu'à l'élection de Jean-Paul II. 

La constitution Universi Dominici Gregis de 1996 a entraîné la nécessité d'avoir des objets plus conformes au mode de scrutin, c'est à dire en particulier une "urne" adaptée à la réception des bulletins d'électeurs malades ne pouvant gagner la chapelle ou handicapés et ne pouvant accéder à l'autel. En principe, lorsque le Cardinal vient voter, il dépose d'abord l'enveloppe sur la patène, la soulève et fait glisser le pli dans le calice.

Il a donc été décidé de disposer d'objets adaptés et en même temps artistiques. Plutôt que d'ajouter un nouvel objet aux deux existants on a préféré en réaliser trois identiques, qui répondent aux critères du chapitre V du règlement. Le troisième calice servira a recueillir les bulletins, qui seront tous brûlés, d'abord pour créer la traditionnelle fumée [...] Les nouveaux objets, en argent et bronze doré, ont été réalisés par Cecco Bonanotte, sculpteur ayant réalisé en 2000 les nouvelles portes d'entrée des Musées du Vatican. Leur iconographie puise aux symboles traditionnels que sont le berger et son troupeau, les oiseaux, les pampres et les épis, le pain et le vin eucharistiques, qui rappellent notamment la charité du Christ partagée entre les Cardinaux électeurs. 

Source : VIS du 5 mars 2013

Illustration : urne utilisée au conclave en 2005

Devoir de réserve des cardinaux

A propos de la question de la réserve et du secret touchant aux congrégations puis au conclave proprement dit, largement évoquée par la presse, le Directeur de la Salle de Presse a précisé que la constitution Universi Dominici Gregis dit que les Cardinaux doivent promettre de garder le secret sur leurs travaux. Ce serment est distinct de celui du conclave, même si leur philosophie commune est de tendre à protection collective comme personnelle de la réserve. En 2005 par exemple, les Cardinaux avaient décidé par vote de n'accorder aucune interview dès le commencement du pré-conclave que sont les congrégations générales. 


Source : VIS du 7 mars 2013

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article