Diaconia 2013

Diaconia 2013 - Servons la fraternité

En direct de Lourdes pour vivre un événement qui voudrait changer l'Eglise et transformer le monde.

Rendre visible les invisibles

12 000 personnes venues de toute la France, dont 3 000 en situation de précarité, délégués par leurs diocèses, se sont réunies ce matin dans la basilique souterraine Saint Pie X, à Lourdes, pour le lancement du rassemblement Diaconia 2013 - Servons la fraternité. Une célébration d'ouverture festive, haute en couleurs, marquée par des chants (Debout, nous voulons vivre debout !", "Donne-moi ton regard, ô Seigneur"), des processions et quelques jeux scéniques, dans un fort esprit de convivialité. Disséminés dans la foule, une fois n'est pas coutume, les 86 évêques présents (c'est-à-dire la quasi totalité des évêques de France) sont restés au milieu de leur peuple. Un symbole fort qui en dit long sur le sens de cette rencontre.

Une célébration d'ouverture marquée par la parole des humbles et des petits. Quand on voit les plus riches, on a quelquefois la haine. Il nous faut apprendre à aller vers eux et à leur pardonner ", a expliqué Laurence, membre du groupe Place et parole des pauvres qui a contribué à préparer la rencontre. "Mais on doit se dire qu'ils sont comme nous, qu'ils sont des êtres humains. Etre au service des autres (la diaconie), c'est apprendre à ne pas les juger et à ne pas se juger soi-même."

Confortée par la force des premiers mots et gestes du pape François, tournés vers l'attention à l'autre et l'appel à vivre "un chemin de fraternité" (les inscriptions ont grimpé en flèche dans les jours qui ont suivi l'élection du nouvel évêque de Rome, passant de 8 000 à 12 000 participants), la démarche Diaconia est inédite. C'est la première fois, en effet, que les catholiques engagés dans la solidarité et dans le service des autres se rassemblent en masse... avec ceux-là mêmes qu'ils rencontrent par le biais de leur engagement : personnes de la rue ou en précarité, prisonniers, gens du voyage, migrants, malades ou handicapés...

"Face à la crise, nous refusons le fatalisme car nous avons une bonne nouvelle à annoncer", a expliqué d'emblée aux journalistes présents Mgr Bernard Housset, président du Conseil national de la solidarité. "Tous, qui que nous soyons, nous pouvons trouver notre bonheur dans le service des autres et notamment des plus fragiles. Ceux-là ne veulent plus être considérés comme des assistés, mais comme des partenaires, c'est pourquoi nous cherchons à promouvoir la réciprocité des échanges. Les personnes en situation de fragilité ont des richesses à partager. Ils ne veulent pas simplement recevoir une aide, un sourire ou une attention, ils veulent aussi donner. Et ils ont beaucoup à nous donner."

Membre, elle aussi, du groupe Place et parole des pauvres, Marie-France est venue témoigner ce matin de son engagement devant les 12 000 personnes de tous les diocèses de France rassemblés dans la basilique Saint Pie X. Elle raconte comment un jour elle a découvert un tag inscrit sur le mur d'une église dont les portes étaient fermées, "Ouvrez la porte de l'église, Dieu est à tous !", et comment cette parole a fortement résonné en elle. Applaudie par la foule, Marie-France a ajouté : "Quelle place faisons-nous aux plus petits et aux plus fragiles dans nos paroisses ? Comment sont-ils pris en compte et vraiment inclus dans la communauté ? Vivre la fraternité n'est pas réservée aux spécialistes, ce doit être l'affaire de toute la communauté chrétienne."

"Dans le contexte de crise écologique, économique et financière que nous traversons, ce rassemblement est une manière d'affirmer que la rencontre et le partage avec les personnes fragilisées peuvent transformer des regards, des vies, des communautés et la société toute entière", a aussi expliqué François Soulage, président du Secours catholique, l'un des initiateurs de la rencontre. "Avec Diaconia, l'Eglise montre qu'elle peut s'intéresser à autre chose qu'au mariage gay, ou en parler autrement. Il y a parmi les participants des membres de l'association David et Jonathan, rassemblant des chrétiens homosexuels qui n'ont pas le même vision que ceux qui sont allés manifester contre le mariage pour tous."

Cet après-midi, dans les Villages de la rencontre, les délégues des diocèses pourront participer à des ateliers de réflexion ou assister à des spectacles mettant en valeur les actions de solidarité menées un peu partout. La journée se concluera par la messe de l'Ascension et par la traditionnelle procession mariale aux flambeaux sans laquelle Lourdes ne serait pas Lourdes. "Ces milliers de petits cierges que nous porterons ce soir feront de nous des veilleurs de la fraternité. Ils nous permettront, à l'image du rassemblement Diaconia, de rendre visible la foule des invisibles, de ceux qu'on n'écoute et qu'on ne voit jamais."

Source : http://www.lavie.fr/

publié le 09/05/2013 à 13:04

Diaconia 2013

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article