Articles récents

RT @Pontifex_fr: Demandons au Seigneur que toute...

6 Mai 2013 , Rédigé par Scribe 2012

L'examen de conscience, chaque soir

6 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le pape a en effet célébré la messe, comme chaque matin à 7h, ce 6 mai 2013, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, au Vatican, en présence d’employés de la Fabrique de Saint Pierre, du Trésor et du Musée de la basilique vaticane.

Selon L’Osservatore Romano, le pape a commenté l’Evangile du jour (Jn 15,26-16,4), où Jésus dit à ses disciples : « Je vous enverrai l’Esprit-Saint ».

Le Christ ajoute : « il rendra témoignage en ma faveur ». Ainsi, a commenté le pape, « l’Esprit Saint rend témoignage à Jésus Christ en nous ». En d’autres termes, il est celui qui dit : « Voici Jésus le Seigneur » ou bien « voici la route de Jésus » dans le cœur de l’homme.

L’action de l’Esprit-Saint est donc « d’ouvrir le cœur pour faire connaître Jésus ». Il agit en l’homme « durant toute la journée, durant toute sa vie, comme témoin qui annonce qui est Jésus », a poursuivi le pape.

En outre, étant « le Paraclet », l’Esprit-Saint est aussi « celui qui défend, qui est toujours aux côtés [du chrétien] pour le soutenir », une « présence divine » qui aide à avancer.

Pour le pape, « la vie chrétienne ne peut pas se comprendre sans la présence de l’Esprit-Saint : [sans lui] elle ne serait pas chrétienne. Ce serait une vie religieuse païenne, piteuse ».

Le moment de « l’examen de conscience », en fin de journée, peut permettre de découvrir l’action de l’Esprit-Saint, a souligné le pape : il s’agit pour le chrétien de « penser à ce qui est arrivé » dans sa journée, à ce qu’a « dit le Seigneur, ce qu’a fait l’Esprit-Saint en [lui] ».

Le pape a donc encouragé à se poser les questions suivantes : « Ai-je senti l’Esprit-Saint ou ai-je été accaparé par d’autres choses ? Qu’est-ce que l’Esprit-Saint a fait aujourd’hui en moi ? Quel témoignage m’a-t-il donné ? Comment m’a-t-il parlé ? Que m’a-t-il suggéré ? ».

« Cet exercice de l’examen de conscience permet de prendre conscience de ce que le Seigneur a fait ce jour, de ce qu’a fait l’Esprit-Saint », a-t-il expliqué.

« Demandons la grâce de nous accoutumer à la présence de ce compagnon de route, l’Esprit-Saint, ce témoin de Jésus qui nous dit où est Jésus, comment trouver Jésus, ce que dit Jésus », a conclu le pape.

L'examen de conscience, chaque soir

Chrétien sur Twitter pour le meilleur et pour le rire

1 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Après les Américains, les croyants français commencent à investir les réseaux sociaux pour y créer des comptes d’humour religieux.

« La vie spirituelle, c’est comme la barre de traction. Tu en as rêvé, tu l’as achetée, installée et… c’est trop dur de s’en servir. » Voilà le genre de blague que l’on peut lire sur Twitter. L’humour est souvent de mise sur ce réseau social où s’échangent des messages de 140 signes. Mais jusqu’à présent les religions échappaient aux mots d’esprit de ses utilisateurs. Les premiers à avoir osé rire sur le sujet sont des Américains avec l’ouverture, le 21 janvier 2011, du compte @UnvirtuousAbbeyque l’on peut traduire par « abbaye non vertueuse ». Ses auteurs se présentent ainsi : « Plus saints que vous, mais pas de beaucoup. Moines numériques priant pour les problèmes mondiaux. Ceci est un compte d’humour religieux. » Résultat : 21 013 abonnés (et 17 051 sur Facebook).

Point de vue décalé

Cette initiative a donné envie à deux dominicains français, basés au Caire, de lancer le compte Sainte Provocation à l’occasion du carême 2012 (@SteProvocation, 382 abonnés). « Nos provocations ne cherchent jamais à scandaliser, explique frère Rémi Cheno, l’un des deux auteurs, mais plutôt à réveiller ou faire voir un autre point de vue, si possible avec le sourire. » Parmi les messages les plus retwittés (partagés, ndlr), celui sur « la vie spirituelle comme une barre de traction ». Ou le plus critique : « Dans l’Église, on aime le débat. Surtout chez les autres, d’ailleurs. »

Ils ont été les seuls en langue française jusqu’au 17 février dernier et l’apparition de @LePharisien. En deux mois, ce compte a attiré 2 171 abonnés (et 1 571 sur Facebook). Cette audience le place parmi les principaux comptes Twitter français traitant de la religion ! Ses quatre animateurs sont pour la plupart des journalistes chrétiens parisiens. « Nous avions besoin de décompresser au moment de la démission de Benoît XVI, raconte l’un d’entre eux. C’est comme cela que l’idée de créer un compte humoristique est née. Nous abordons tous les sujets du moment qu’ils ont un lien avec la foi chrétienne, sans jamais attaquer les personnes. » Leurs messages peuvent évoquer le pape : « En raison de son poumon manquant, le pape François ne chantera finalement pas Don’t cry for me Argentina aux pèlerins argentins à l’Angélus » ou « Attention : ne pas confondre François d’Assise et Francis aux assises. Ce n’est pas le même. » Ces impertinents s’aventurent aussi dans le champ politique : « Le scandale financier s’étend au Vatican : plusieurs gardes du Saint-Siège auraient avoué avoir un compte en Suisse. » Le ton est plutôt direct, sans jamais tomber dans l’anticléricalisme.

Nouvelle génération

Cette initiative a donné l’envie à d’autres de se lancer comme le compte @NouvelOss. Animé par un quadragénaire français vivant à Rome, son titre fait référence à ­L’Osservatore Romano, le quotidien du Vatican. Il est trop tôt pour prédire l’avenir de ces initiatives. Mais leur apparition s’inscrit dans la volonté d’une nouvelle génération de croyants de trouver d’autres modes d’expression comme les parodies de séries télévisées (notamment Bref, de Canal +) ou les « flash mobs », ces chorégraphies présentées dans les rues. Bienheureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes !

> Créer un compte Twitter

Il suffit de disposer d’une adresse e-mail et de se rendre sur le site de Twitter (https://twitter.com). Choisissez un nom d’utilisateur le plus court possible, par exemple en mettant la première lettre de votre prénom suivi de votre nom. Indiquez correctement vos nom et prénom afin que d’autres utilisateurs de Twitter puissent vous trouver facilement. Ajoutez une photo à votre profil puis présentez-vous en deux phrases. Il ne vous reste plus qu’à vous abonner à d’autres comptes.
En savoir plus : www.twoutils.com/debuter-twitter

ÉTIENNE SÉGUIER
CRÉÉ LE 25/04/2013

Source :http://www.lavie.fr

Chrétien sur Twitter pour le meilleur et pour le rire

En Mai, prions Notre-Dame, reine de France : lettre du Père abbé de Clairval

1 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

"L’Église nous encourage à ne pas déserter le combat spirituel"

Cher ami,

Sous peu va s’ouvrir le mois de mai, le mois de MARIE. Cette occurrence
apparaît comme une invitation providentielle à prier instamment Notre-Dame pour
la France et, en pratique, à réciter chaque jour le Chapelet à cette intention.
Notre Mère du Ciel, qui est la Patronne principale de notre pays, a recommandé
bien souvent cette récitation, notamment à Lourdes et à L’Île Bouchard. Le 8
décembre 1947, le Père Georges Finet dit à Marthe Robin : « Marthe, la France est
foutue (sic) ; nous allons avoir la guerre civile. » Marthe reprit : « Non, mon Père !
La Vierge Marie va sauver la France à la prière des petits enfants. » Le même jour,
Notre-Dame apparaissait à Jacqueline Aubry et à trois autres petites filles dans
l’église de leur village et, s’adressant à elles : « Dites aux petits enfants de prier pour
la France, car elle en a grand besoin. » De fait, les événements tant redoutés n’eurent
pas lieu…
Nourri de la doctrine de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, le
bienheureux Jean-Paul II avait une grande dévotion à MARIE. Nous l’avons vu bien
souvent le chapelet à la main. Peu après son élection au Siège de Pierre, il
confessait : « Le Rosaire est ma prière préférée ; c’est une prière merveilleuse.
Merveilleuse de simplicité et de profondeur. » En octobre 2002, il publiait une Lettre
apostolique sur le Rosaire, dont la conclusion n’a rien perdu de sa pertinence :
Prière pour la paix, le Rosaire est aussi, depuis toujours, la prière de la famille et
pour la famille. Il fut un temps où cette prière était particulièrement chère aux
familles chrétiennes et en favorisait certainement la communion. Il ne faut pas
perdre ce précieux héritage. Il faut se remettre à prier en famille et à prier pour
les familles, en utilisant encore cette forme de prière.
Rosarium BMV, 41
Nous appelons de nos vœux une mobilisation générale pour prier le Chapelet, en
famille, en paroisse, ou dans d’autres groupes. Souvenons-nous de la victoire de
Lépante, à la suite de laquelle le pape saint Pie V a institué la fête du Très Saint
Rosaire. En bien d’autres circonstances MARIE, touchée par la prière du peuple
chrétien, a détourné des fléaux humainement insurmontables.


Abbaye Saint-Joseph de Clairval
F-21150 Flavigny-sur-Ozerain
Tél : 03 80 96 22 31 - Fax : 03 80 96 25 29

Recommandons à nos amis de prendre en main cette arme spirituelle d’une
puissance exceptionnelle, et de répandre autour d’eux la confiance en cette prière.
Les malades, les enfants et les vieillards peuvent apporter une précieuse
contribution. Puisse la disponibilité des fidèles répondre aux initiatives des pasteurs,
évêques et prêtres, qui exhorteront leurs ouailles à reprendre le Chapelet ! Plus grand
sera le nombre de personnes qui se tourneront vers MARIE, plus les grâces
descendront sur notre pays, y compris sur ses responsables qui, souvent, sont des
baptisés.
L’Église nous encourage à ne pas déserter le combat spirituel : « Un dur combat
contre les puissances des ténèbres passe à travers toute l’histoire des hommes ;
commencé dès les origines, il durera, le Seigneur nous l’a dit, jusqu’au dernier
jour. » (CEC 409). La Sainte Vierge, dans le dessein de la Providence, a reçu une
mission unique ; Elle tient sous son pied la tête du serpent (cf. Gn 3, 13). Il est
indispensable de recourir à Elle, Stella maris, l’étoile qui nous guide vers le port,
dans notre navigation sur la mer agitée de ce monde. Nous l’appelons aussi à juste
titre Mère de la Sainte Espérance, et Secours des chrétiens.
Soyez assuré de notre union dans cette prière du Chapelet, pour laquelle notre
communauté, durant ce mois de mai, se réunira chaque jour au chœur en début
d’après-midi. Certainement la Sainte Vierge bénira ses enfants, s’ils l’implorent avec
humilité, confiance et persévérance, et intercèdera pour notre pays dont Elle est la
Protectrice.
Dom Antoine-Marie Beauchef
Abbé de Saint-Joseph de Clairval

En Mai, prions Notre-Dame, reine de France : lettre du Père abbé de Clairval
En Mai, prions Notre-Dame, reine de France : lettre du Père abbé de Clairval

Le pape François : Audience du 1er mai.

1 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le pape François appelle à lutter contre le chômage et l’esclavage

Au cours de sa catéchèse, consacrée aux figures de Joseph et de Marie, en ce mercredi 1er mai, place Saint-Pierre, le pape François a, de nouveau, marqué sa profonde préoccupation pour l’accroissement du nombre de chômeurs dans le monde, « en raison d’une conception par trop économiste de la société, fondée sur des critères égoïstes, trop éloignés de la justice sociale. »

Revenant sur le thème de l’esclavage moderne, déjà évoqué par lui, notamment dans son discours au corps diplomatique, le pape a appelé les responsables publics à « des choix décisifs contre la traite des personnes, contre le travail avilissant, qui rend esclave ». Près de 80 000 pèlerins étaient présents place Saint-Pierre pour l’écouter, dont plusieurs centaines de Français, venus notamment du diocèse de Paris, avec le cardinal André Vingt-Trois, et du diocèse de Luçon, avec Mgr Alain Castet.

« CE N’EST PAS JUSTE ! »

Plus tôt le matin, le pape François avait également centré son homélie, lors de la messe célébrée dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, sur le thème du travail : « Le travail donne la dignité. L’homme et la femme qui travaillent sont dignes, mais ceux qui ne travaillent pas manquent de cette dignité. Ceci pèse sur notre conscience, car lorsque la société est organisée de telle façon que tous n’ont pas la possibilité de travailler, cette société ne va pas bien : ce n’est pas juste ! Cela va contre Dieu lui-même, qui a voulu que notre dignité commence ainsi. »

Cette dignité essentielle « ne vient ni du pouvoir, ni de l’argent, ni de la culture », a insisté le pape, « mais bien plutôt du travail. ». Allant plus loin, il a rappelé les victimes du récent effondrement d’un immeuble au Bangladesh, « qui travaillaient pour 38 € par mois ! » : « Ne pas payer le juste prix, s’en tenir seulement au profit, tout cela va contre Dieu ! Les personnes sont moins importantes que les choses qui apportent des profits à ceux qui ont le pouvoir politique, économique et social. »

Mais aujourd’hui, a conclu le pape, « la figure de saint Joseph, de Jésus, de Dieu qui travaille, nous montre la voie pour aller vers la dignité. »

Frédéric Mounier, à Rome

Texte source : http://www.la-croix.com

Le pape François  : Audience du 1er mai.
Le pape François  : Audience du 1er mai.

Les AFC communiquent

1 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Dimanche 5 mai : ManifPourTous Bourgogne & Franche Comté à Dijon

Les 8 départements de Bourgogne et FrancheComté se donnent rendez-vous à Dijon ce dimanche.
Pique-nique pour tous, défilé et prises de paroles
Rendez-vous à 12h30 au Parc de la Colombière - fin prévue vers 17h.

Les AFC communiquent

Un périple entamé dimanche 28 avril à Bruxelles.

30 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Pour ses 50 ans, l’Office chrétien des personnes handicapées (OCH) invite valides et handicapés à se joindre à un tour de France pédestre de 3 000 kilomètres. Un périple entamé dimanche 28 avril à Bruxelles.

C’est une aventure humaine et physique inédite qu’a imaginée la Fondation OCH pour célébrer 50 ans d’actions au service des personnes handicapées : un tour de France pédestre de 3 000 kilomètres reliant Bruxelles à Paris en 169 jours. Objectif : susciter la rencontre entre personnes valides et celles atteintes d’un handicap, qu’il soit physique, mental ou psychique. Il s’agit d’une marche-relais ouverte à tous, à l’image d’un tour de France où chacun serait invité à se glisser dans le peloton pour encourager ceux qui persévèrent.

ENTRAÎNER PASSANTS OU MARCHEURS VOLONTAIRES

Des équipes mixtes – mêlant valides et handicapés – pilotées par un représentant de la Fondation OCH vont donc se relayer, au maximum tous les cinq jours, pour traverser villes et villages, à pied et en « joëlette », sorte de fauteuil mono-roue tout terrain. Le groupe est appelé à évoluer au fil des rencontres et à entraîner passants ou marcheurs volontaires, le temps d’une heure, d’une journée ou plus.

L’association veut ainsi témoigner de l’importance du lien social et contribuer à faire tomber les préjugés. « Les énormes progrès réalisés depuis cinquante ans dans la prise en charge des personnes handicapées n’ont pas encore tout à fait changé nos regards, ni effacé l’image dérangeante que renvoie le handicap », observe Marie-Vincente Puiseux, responsable de communication à l’OCH.

BESOIN DE SE SENTIR RECONNUES ET UTILES

« Comme chacun d’entre nous, les personnes handicapées ont besoin de se sentir reconnues et utiles, d’aimer et de se savoir aimées », a rappelé Marie-Hélène Mathieu, lors de la messe d’envoi célébrée à Bruxelles.« Marcher ensemble nous a paru être le moyen idéal de susciter cette rencontre et dépasser la barrière de la gêne liée souvent à la peur de la différence », souligne Philippe de Lachapelle, le directeur de l’OCH.

Différents amis de l’OCH ont donc pris en charge l’organisation des tronçons successifs du tour, tels les parents d’Aymeric, jeune Lillois de 13 ans, handicapé mental. « Nous avons participé à l’organisation de cette belle aventure jusqu’à Amiens et allons en parcourir les 15 premiers kilomètres avec Aymeric. Il est très heureux, et nous aussi, de marcher avec des gens que nous ne connaissons pas mais avec qui nous partageons déjà beaucoup », confient-ils.

La première semaine de l’épreuve se déroule en Belgique, avec le concours des communautés belges de l’Arche et de Foi et Lumière.« Partir de Bruxelles est doublement symbolique : il rappelle que le handicap dépasse les frontières et nous amène concrètement à “sortir de nos murs” », explique Marie-Vincente Puiseux.

Dimanche 28 avril , une cinquantaine de marcheurs entourant trois joëlettes ont pris la route. « Quel luxe pour moi de démarrer ce tour de France au Royaume de Belgique et en chaise à porteur ! », plaisantait une participante, qui sera portée durant deux jours. La grande boucle des marcheurs rejoindra Marseille par l’est de la France puis reviendra à Paris par l’ouest. L’arrivée « festive » du tour est prévue le 13 octobre sur le parvis de Notre-Dame.

Source :http://www.la-croix.com

RAPHAëLLE D’YVOIRE, à Bruxelles

Un périple entamé dimanche 28 avril à Bruxelles.

Jeunes, allez à contre-courant, et changez le monde !

30 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

MESSE ET CONFIRMATIONS

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

Place Saint-Pierre
V Dimanche de Pâques, 28 avril 2
013

[Vidéo]

Chers frères et sœurs ! Très chers confirmands ! Bienvenue !

Je voudrais vous proposer trois pensées simples et brèves sur lesquelles réfléchir.

1. Dans la deuxième lecture nous avons entendu la belle vision de saint Jean : un ciel nouveau et une terre nouvelle et puis la Cité Sainte qui descend d’auprès de Dieu. Tout est nouveau, transformé en bien, en beauté, en vérité ; il n’y a plus de plainte, de deuil…Cela c’est l’action de l’Esprit Saint : il nous apporte la nouveauté de Dieu ; il vient à nous et fait toutes choses nouvelles, il nous change. L’Esprit nous change ! Et la vision de saint Jean nous rappelle que nous sommes tous en marche vers la Jérusalem du ciel, la nouveauté définitive pour nous et pour toute la réalité, l’heureux jour où nous pourrons voir le visage du Seigneur, - ce visage merveilleux, si beau du Seigneur Jésus - où nous pourrons être avec lui pour toujours, dans son amour.

Voyez, la nouveauté de Dieu ne ressemble pas aux nouveautés mondaines, qui sont toutes provisoires, elles passent et on en recherche toujours plus. La nouveauté que Dieu donne à notre vie est définitive, et pas seulement dans l’avenir, quand nous serons avec lui, mais aussi aujourd’hui : Dieu est en train de tout faire nouveau, l’Esprit Saint nous transforme vraiment et veut transformer, à travers nous aussi, le monde dans lequel nous vivons. Ouvrons la porte à l’Esprit, laissons nous guider par lui, laissons l’action continue de Dieu faire de nous des hommes et des femmes nouveaux, animés par l’amour de Dieu, que l’Esprit Saint nous donne! Qu’il serait beau si chacun de vous, le soir pouvait dire : aujourd’hui à l’école, à la maison, au travail, guidé par Dieu, j’ai accompli un geste d’amour envers mon camarade, mes parents, une personne âgée ! Que c’est beau !

2. Une deuxième pensée : dans la première lecture Paul et Barnabé affirment qu’ « il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu » (Ac 14, 22). Le chemin de l’Église, de même que notre chemin chrétien personnel, ne sont pas toujours faciles, ils rencontrent la difficulté, l’épreuve. Suivre le Seigneur, laisser son Esprit transformer nos zones d’ombre, nos comportements qui ne sont pas selon Dieu et laver nos péchés, c’est un chemin qui rencontre de nombreux obstacles, en dehors de nous, dans le monde, et aussi en nous, dans le cœur. Mais les difficultés, les épreuves, font partie de la route pour parvenir à la gloire de Dieu, comme pour Jésus, qui a été glorifié sur la Croix ; nous les rencontrerons toujours dans la vie ! Ne pas se décourager ! Nous avons la force de l’Esprit Saint pour vaincre ces épreuves.

3. Et j’en viens au dernier point. C’est une invitation que je vous adresse à vous confirmands et à tous : demeurez solides sur le chemin de la foi avec une ferme espérance dans le Seigneur. Là se trouve le secret de notre chemin ! Lui nous donne le courage d’aller à contre-courant. Écoutez bien, les jeunes : aller à contre-courant ; cela fait du bien au cœur, mais il nous faut du courage pour aller à contre-courant et lui nous donne ce courage ! Il n’y a pas de difficultés, d’épreuves, d’incompréhensions qui doivent nous faire peur si nous demeurons unis à Dieu comme les sarments sont unis à la vigne, si nous ne perdons pas l’amitié avec lui, si nous lui faisons toujours plus de place dans notre vie. Ceci aussi et surtout si nous nous sentons pauvres, faibles, pécheurs, parce que Dieu donne force à notre faiblesse, richesse à notre pauvreté, conversion et pardon à notre péché. Il est si miséricordieux le Seigneur : si nous allons à lui, il nous pardonne toujours. Ayons confiance dans l’action de Dieu ! Avec lui nous pouvons faire de grandes choses ; il nous fera sentir la joie d’être ses disciples, ses témoins. Misez sur les grands idéaux, sur les grandes choses. Nous chrétiens nous ne sommes pas choisis par le Seigneur pour de petites bricoles, allez toujours au-delà, vers les grandes choses. Jeunes, jouez votre vie pour de grands idéaux!

Nouveauté de Dieu, épreuve dans la vie, solides dans le Seigneur. Chers amis, ouvrons grande la porte de notre vie à la nouveauté de Dieu que nous donne l’Esprit Saint, pour qu’il nous transforme, nous rende forts dans les épreuves, renforce notre union avec le Seigneur, nous fasse demeurer solides en lui : c’est une vraie joie ! Qu’il en soit ainsi !

Jeunes, allez à contre-courant, et changez le monde !

Publié depuis OverBlog et Facebook

29 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Dimanche 5 mai

POUILLY 10h15 Pèlerinage

Rassemblement à l’église pour le départ de la procession.

POUILLY 11h

Messe à la Chapelle de Notre Dame Trouvée

AED France : A voir ! Flash mob pour défendre la Liberté religieuse

26 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le saviez-vous?
1 personne sur 2 vit dans un pays où la liberté religieuse n'est pas entièrement respectée.

Thérèse de Lisieux : la voie directe à Dieu

26 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le cheminement spirituel de Thérèse de Lisieux se découvre au fil des événements de sa vie. L'expérience du doute qu'elle endure pendant les dix huit mois qui précèdent sa mort et qui éprouve sa foi, l'amène à découvrir que dans l'humilité et l'abandon à Dieu se gagne la sainteté qu'elle a recherchée depuis l'enfance.

Aujourd'hui : journée de la compassion

22 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly Publié dans #Actualité

Appelés à un pélerinage intérieur...

22 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Vivre d'amour , Les poèmes de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus mis en musique

22 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Les poèmes de sainte Thérèse de Lisieux mis en musique : la rencontre entre un jeune et talent compositeur d'aujourd'hui, Grégoire, et les poèmes de sainte Thérèse.

Avec des voix superbes de la chanson française : Natasha St-Pier, Anggun, Elisa Tovati, Sonia Lacen ; des chanteurs d'opéra : Les Stentors ; un chanteur de "pop louange" : Gregory Turpin ; une chorale d'enfants : Les petits chanteurs à la Croix de bois ; et les voix de Mgr di Falco et de Michael Lonsdale.

Source : http://www.laprocure.com/vivre-amour-poemes-sainte-therese-mis-muisique-therese-enfant-jesus-sainte/0888837112727.html

Vivre d'amour , Les poèmes de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus mis en musique

A découvrir...

22 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Aujourd'hui, Journée Mondiale pour les vocations !

21 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

KTOTV nous explique à quoi sert un prêtre.

Est-ce qu'on devient prêtre comme on choisit un métier ? Quelle est l'identité du prêtre ? Portrait avec le père Henry de Villefranche, bibliste et Geneviève de Taisne, psychanalyste et enseignante à l'ISPC.

Dijon : les opposants au Mariage pour tous appellent à un rassemblement dimanche soir

21 Avril 2013 , Rédigé par http://www.bienpublic.com/

On ne sait pas encore combien ils seront mais les opposants au Mariage pour tous - texte qui doit être voté définitivement mercredi prochain à l'Assemblée nationale - entendent donner de la voix en organisant un énième mouvement. Le rendez-vous a été donné ce dimanche soir, à partir de 20h30, place de la Libération, à Dijon.

Celles et ceux qui s'auto-proclament via des banderoles et slogans comme étant "les veilleurs de la famille" rappellent dans un communiqué que le mouvement est "apolitique" et "non homophobe". Bref, ce rassemblement devrait durer une heure et demie, jusqu'à 23 heures selon les organisateurs. Ces derniers soulignent dans leur communiqué que "chacun s'arme de prières et de paix intérieure; de patience et d'humilité; de chants et de bonne humeur". Et de rajouter que leur mouvement est "non confessionnel"...

Image source : Lors de la Manif pour tous, à Paris, le 13 février. Photo Emmanuel Hasle

Article source : http://www.bienpublic.com/actualite/2013/04/20/dijon-les-opposants-au-mariage-pour-tous-appellent-a-un-rassemblement-dimanche-soir

Dijon : les opposants au Mariage pour tous appellent à un rassemblement dimanche soir

Le Saint-Sépulcre expose ses trésors à Versailles

20 Avril 2013 , Rédigé par Agnès Rotivel

Du 16 avril au 14 juillet, le château de Versailles accueille le trésor du Saint-Sépulcre, ce lieu déroutant qui abrite les représentants de six Églises chrétiennes, dont les franciscains.

Les salles des Croisades du château de Versailles accueillent du 16 avril au 14 juillet l’exposition du trésor de la custodie de Terre sainte. C’est la première fois ou presque (seules quelques pièces sont sorties dans les années 1990 pour une exposition à Gênes) que ces objets quasi inconnus sont exposés hors des murs de la basilique du Saint-Sépulcre.

« C’est à partir des recherches sur le royaume de Naples que le trésor a été découvert par l’historien de l’art Alvar Gonzales Palacios, qui travaillait dans les archives napolitaines. Il est venu frapper à la porte de la custodie. Il a fallu qu’il insiste pour qu’un sacristain finalement lui montre des pièces qui se sont révélées d’une richesse extraordinaire », explique Béatrix Saule, directrice des Musées de Versailles et du Trianon, tout en examinant et répertoriant les splendides flambeaux de Louis XIII, qui comptent parmi les pièces maîtresses de l’exposition. Tout comme la chapelle de Louis XIII en argent, dont les poinçons ont révélé le nom de l’orfèvre.

EN OR MASSIF, PERLÉ DE RUBIS, ÉMERAUDES, SAPHIRS…

« C’est la première fois que ces objets sont étudiés à fond par le conservateur en chef du Louvre, spécialiste en orfèvrerie », poursuit-elle en ouvrant délicatement l’écrin dans lequel est lovée une crosse en or de Louis XIV, ornée de pierres précieuses.

Mais la pièce la plus extraordinaire en orfèvrerie est un grand baldaquin eucharistique en or massif, perlé de rubis, émeraudes, saphirs, offert par le roi de Naples. « Il a fallu trois envois, en 1730, 1740 et 1750, pour qu’il parvienne enfin à Jérusalem. Il est assorti d’un ostensoir dont les détails sont d’une qualité époustouflante. C’est un chef-d’œuvre », commente Béatrix Saule.

À l’origine du trésor : les dons des cours royales de l’Europe catholique des XVIIe et XVIIIe siècle, des royaumes d’Espagne, du Portugal, de Gênes, de Naples, de France...

« Ces présents revêtaient d’importants enjeux de prestige et prenaient place dans une intense compétition européenne entre les nations catholiques, explique Bernard Degout, directeur de la Maison de Chateaubriand, musée partenaire de l’exposition. Cette compétition était elle-même liée, surtout à partir du XVIIe siècle, à une rivalité de possession des Lieux saints entre les catholiques et d’autres Églises chrétiennes, avant tout l’Église orthodoxe. »

PAS D’ÉQUIVALENT DANS LE MONDE

Certaines de ces pièces n’ont pas d’équivalent dans le monde. Leur valeur marchande était telle que, pour les transporter, il fallut les cacher dans des lieux parfois incongrus.

« Une fois parvenus au couvent franciscain de Jérusalem, les convoyeurs remettaient les aumônes et les produits apportés, ou ce qu’il en restait, au procureur, traditionnellement espagnol, écrit Danièle Veron-Denise.L’argent était déposé dans une caisse à trois clés. Les reçus pour l’argent et les autres articles furent soigneusement recopiés dans deux registres d’entrées, conservés au couvent du Saint-Sauveur, à Jérusalem. »

Ce soin a permis de connaître l’implication des différentes nations. Le trésor n’a jamais été caché. Les objets étaient dans le Saint-Sépulcre – ainsi nommé par les Occidentaux, mais que les Orientaux appellent l’Anastasis, la Résurrection.

UN « CHOC »

Pénétrer dans ce lieu est une expérience. Les odeurs d’encens sont saisissantes, mais pas autant que la foule en perpétuel mouvement pour toucher ou embrasser la pierre de l’Onction où le Christ a été, selon la tradition, déposé, à la descente de croix.

Le P. Stéphane, de l’ordre de l’ordre des frères mineurs – les franciscains –, en charge des lieux saints chrétiens de Jérusalem pour l’Église catholique, parle d’un « choc ».

« Cette église ne ressemble à aucune autre parce qu’elle ne ressemble simplement pas à une église, ou du moins pas de prime abord. » C’est plutôt une impression de chaos qui domine. Mais pour tous les chrétiens, elle marque le lieu de la mort et de la résurrection du Christ.

UNE GESTION EN « COPROPRIÉTÉ »

Sa particularité tient à son statut. Le Saint-Sépulcre est géré en « copropriété » par les six Églises qui l’occupent – latine, arménienne apostolique, coptes-orthodoxes, éthiopienne, grecque orthodoxe et syrienne orthodoxe – avec des espaces communs et privatifs.

Exemple : la chapelle Sainte-Hélène appartient aux Arméniens. La décoration, (croix, lampes, tableaux) y est arménienne, mais le règlement stipule que l’accès doit être laissé libre à tous, y compris aux Franciscains pour la procession quotidienne.

Les célébrations religieuses y sont réglées comme du papier à musique, pour éviter les frictions. « On vit au Saint-Sépulcre une division permanente, comme dans la ville de Jérusalem », regrette le P. Stéphane.

LES PÈLERINS DEVAIENT ACQUITTER UN DROIT D’ENTRER

Cela se traduit à l’intérieur par une montée des murs entre les différentes chapelles. Des heurts font parfois la une des journaux comme cette bataille homérique qui, en novembre 2008, opposa des popes grecs-orthodoxes à des prêtres arméniens. La police israélienne avait dû intervenir pour séparer les assaillants.

La basilique actuelle a été bâtie par les croisés après leur conquête de la ville sainte en 1099. Elle a été consacrée le 15 juillet 1149. Moins de cinquante ans plus tard, en 1187, Jérusalem fut conquise par Saladin.

Les pèlerins devaient acquitter un droit d’entrer. Pour contourner le problème, les Franciscains trouvèrent une solution : pénétrer dans l’église à l’ouverture et s’y laisser enfermer parfois pour plusieurs mois. Une situation qui a duré jusqu’à la moitié du XIXe siècle, avant que la basilique rouvre gratuitement ses portes aux fidèles. Les représentants des Églises du Saint-Sépulcre dorment toujours à l’intérieur, mais peuvent entrer et sortir à tout moment dans la journée.

Le rituel de l’ouverture et de la fermeture de l’édifice, instauré par le calife Omar en 637, et perpétué par Saladin, demeure. Deux familles musulmanes s’en partagent la responsabilité. Deux fois par jour, un membre de la famille Joudeh apporte la clé à un Nusseibeh qui ouvre et ferme la porte.

« LA CATHÉDRALE DU SOUK AU SENS PROPRE COMME AU FIGURÉ »

Restait à organiser la vie profane dans ce haut lieu sacré, poursuit le Père Stéphane. Une citerne d’eau est commune à toutes les communautés. Certains comme les Franciscains, ont aménagé à l’intérieur un couvent dans lequel vivent dix Frères. « Une odeur de friture se dégage quand les coptes font frire leurs œufs », raconte le franciscain.

C’est la « cathédrale du souk au sens propre comme au figuré », dit-il.« On est en Orient, et l’Orient est entré dans la basilique. L’Occident n’est clairement pas la référence. »

Les religieux y vivent entre eux, sans parler forcément la même langue et ne partageant pas la même culture. La nuit, ils se rencontrent au gré des prières, mais ne vivent pas la même liturgie. Dans ce lieu qui réunit et divise, chacune des Églises pense être le centre du monde. Un mystère de plus dans ce lieu hors du commun.

------------------------------------------------

Les Franciscains, gardiens des lieux saints

1210 : la première fraternité créée en Italie par François d’Assise est validée par le pape.

1217 : création de la province de Terre sainte.

1219 : en pleine croisade, François d’Assise rencontre le sultan Al Kamil en Égypte.

1342 : la bulle du pape Clément VI confirme les franciscains comme étant au service de la Terre sainte, sous la juridiction du père custode, « gardien du mont Sion à Jérusalem ».

1992 : le pape Jean-Paul II rappelle l’attribution des Lieux saints à l’ordre franciscain. Leur ministère s’exerce dans 29 paroisses. Ils ont aussi des écoles – celle de Bethléem date du XVIe siècle –, des collèges, maisons pour étudiants et retraités, ateliers artisanaux, dispensaires, etc.

Agnès Rotivel, à Jérusalem

Source : http://www.la-croix.com/ et http://www.chateauversailles.fr

Le Saint-Sépulcre expose ses trésors à Versailles
Le Saint-Sépulcre expose ses trésors à Versailles

Publié depuis OverBlog et Facebook

20 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

La Journée Mondiale de prière pour les Vocations

Le dimanche 21 avril 2013, l’Eglise catholique priera tout particulièrement pour les vocations.

Elle est proposée chaque année par le Pape, depuis 1964 et célébrée, depuis 1971, le 4e dimanche de Pâques.

A partir du Message annuel du Pape pour cette journée, le Service National des Vocations, en collaboration avec le Conseil National, élabore des documents mis à la disposition des Services Diocésains des Vocations.

Ils comprennent :

Un dossier d’animation pour parler des vocations et préparer cette journée :

  • le message du Pape
  • des textes pour approfondir le thème
  • des propositions d’animation liturgique (pistes pour l’homélie, prière universelle…)
  • des suggestions de veillées de prière
  • des animations à mettre en œuvre avec les enfants, les jeunes et les adultes
  • des éléments statistiques.

Un visuel :

  • affiches, affichettes, images, cartes postales, veilleuses

Un livret de prière

Ce dossier, qui paraît en janvier de chaque année, est un support pour aider les paroisses, les communautés à rappeler à la communauté chrétienne que c’est à chacun de ses membres de relayer l’appel du Seigneur et de son Eglise.

C’est le prédécesseur du pape François, le pape émérite Benoît XVI, qui avait préparé le message de cette journée principalement tourné vers l’espérance.

Benoît XVI, pape émérite, invite toute l’église de par le monde à la prière pour les vocations qui sont « signe de l’espérance fondée sur la foi » et assurant que « Dieu ne [nous] laisse jamais seuls ». Benoît XVI insiste sur l’espérance, mot qui revient plus d’une vingtaine de fois dans son texte, fondée sur la foi : « c’est dans le Seigneur ressuscité, [que] nous avons la certitude de notre espérance ».

Lecture pour dimanche: "Le Berger des amis"

20 Avril 2013 , Rédigé par Mgr Francesco Follo

Lecture pour dimanche: "Le Berger des amis"

Le Berger des amis.

Un ami non seulement qui est le premier à nous aimer mais qui continue à nous aimer

IVème Dimanche de Pâques – Année C – 21 avril 2013

Rite romain

Ac 13, 14. 43-52; Ps 99; Ap 7, 9. 14-17; Jn 10, 27-30

Le Bon Pasteur

Rite ambrosien

Ac 21,8b-14; Ps 15; Ph 1,8-14; Jn 15,9-17

Je vous ai appelé « amis »: Le Berger des amis

Un bref préambule:

Dans notre culture, la figure du berger est presqu’inconnue et définir quelqu’un par le mot « brebis » est une offense. Au contraire, dans la Bible, l’élevage d’ovins est bien connu, et sa signification est positive et profonde. En effet, dans les Saintes Ecritures, Dieu lui-même est représenté sous les traits du berger qui conduit son peuple. « Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien » (Ps 23,1). « Il est notre Dieu ; nous sommes le peuple qu’il conduit » (Ps 95,7). Le futur Messie est lui aussi décrit sous les traits du berger: « Comme un berger il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits » (Is 40,11). Cette image idéale du berger trouve sa pleine réalisation en Jésus-Christ. Celui-ci est le bon berger qui va à la recherche de la brebis égarée; il a pitié du peuple parce qu’il le voit « comme des brebis sans berger » (Mt 9,36); il appelle ses disciples « petit troupeau » (Lc 12, 32). Pierre appelle Jésus « le berger de nos âmes » (1 Pierre 2, 25) et la Lettre aux Hébreux « le grand berger des brebis » (He 13,20).

Donc Jésus est le vrai Berger, car il est celui qui conduit avec amour son troupeau, qui veille à ce qu’il reste uni, qui défend ses brebis des dangers. Le bon berger connaît chacune de ses brebis (elles ne sont pas anonymes) et il se préoccupe de chacune d’elles, il les compte quand elles retournent à la bergerie afin qu’aucune ne soit perdue et s’il en manque une, il quitte les autres et va à la recherche de celle qui s’est égarée.

En appelant « brebis » ses disciples et amis, le Christ souligne la relation vitale qui les unit à lui. Cette relation de salut se traduira ensuite, pour nous chrétiens, par les verbes « ils écoutent et suivent », et pour Jésus, par le verbe « je connais ».

1) Le bon pasteur, passionné et attentionné.

Jésus connaît et aime chacun de ses disciples. Et le fait de nous définir par le mot « brebis » ne saurait nous sembler étrange si lui-même s’est défini par le mot « agneau », et si sa tâche d’ « enlever le péché du monde » doive aussi devenir notre mission d’apporter son pardon à tout le peuple.

Dans l’Evangile d’aujourd’hui, Il parle de nous comme étant ses brebis et de lui-même comme étant le bon pasteur qui donne la vie pour ses brebis... Des brebis auxquelles il ne renonce jamais et qu’il aime jusqu’à donner sa vie pour elles: animé de passion pour nous, il n’a pas hésité à affronter la Passion de la Croix. Il est un bon pasteur amoureux de la vie parce que nous avons la vie éternelle. On en vient à se demander tout naturellement comment nous faisons, nous les brebis qui avons cette chance-là, à quitter cette Voie pour nous égarer sur les routes qui conduisent à des ravins … Heureusement lui, le Berger, immensément bon, nous cherche, nous appelle par notre nom et, après nous avoir trouvé, il nous met sur ses épaules et, en bon pasteur divin, miséricordieux, en amoureux fidèle, il nous conduit dans les pâturages éternels du ciel (cf. 1Pierre 2,25).

Nous sommes dans les mains du Bon Berger, qui nous conduit avec amour un à un et nous introduit à la vraie vie, dans la vie des amis, comme l’évangile ambrosien nous le rappelle. Quant à nous, il ne suffira pas de dire que nous sommes des « amis » du Christ. L’amitié véritable avec Jésus s’exprime dans la manière de le suivre : avec la bonté du cœur, avec l’humilité, avec la douceur et la miséricorde.

Suivre Jésus, c’est engager notre volonté et mettre nos pas derrière Celui dont nous avons écouté et aimé la Parole de Vie. Nos pas ne vacillent pas derrière lui, Il nous conduira à de verts pâturages, et quand bien même nous devions traverser une vallée obscure, nous n’aurons pas peur car il est avec nous (cf. Ps 23).

Mais pour suivre, il faut écouter, en faisant travailler son esprit et son cœur. L’écoute véritable est obéissance (étymologiquement le mot obéir vient du latin ob-oedire = prêter l’oreille), C’est ce qu’ont fait les apôtres qui sont ainsi devenus des pécheurs d’hommes et des pasteurs d’âmes. L’obéissance véritable, c’est donc prêter l’oreille et d’appliquer la parole d’amour que le Christ nous adresse. L’obéissance doit être vécue en exécutant des gestes et avec le désir d’apprendre du Christ le critère de sa propre vie, en nous mettant dans les pas de la vérité, en nous laissant guider par l’amour d’un bon Berger, d’un Ami véritable.

2) La vocation : un « espace » de liberté.

Si les deux verbes « suivre » et « écouter », utilisés dans l’évangile romain d’aujourd’hui, sont des verbes qui indiquent un dialogue profond, une communion dans l’existence, pas seulement dans les idées, le troisième verbe « connaître » fonde la vocation des Apôtres et celle de chacun de nous. Celle-ci est appelée à une relation de communion entre Jésus et ses disciples et elle implique la personne toute entière: idées, amour, comportement. C’est un appel pour recevoir la vie : « Je leur donne la vie éternelle » et pour la partager avec l’humanité entière.

Jésus caractérise ses brebis par deux mots : « écouter » et « suivre », avec une précision: écouter savoixet suivrele cheminque lui même est en train de parcourir. Se savoir connus et aimés du Christ implique ne pas garder ce don pour nous-mêmes. Avec cette connaissance du Christ, nous sommes appelés à être « sel » et « lumière » pour le monde. Et puis il est vrai que ce monde est un monde qui change, comme on a l’habitude de dire aujourd’hui, mais cela n’est pas une raison pour perdre le souffle à rechercher de nouvelles idées, de nouveaux projets: la voix de Jésus a déjà résonné et la direction de sa marche est déjà tracée. Il est demandé avant tout à la communauté chrétienne d’être fidèle à la mémoire de Jésus, et non d’être surtout des génies en inventant de nouveaux programmes pastoraux.

En général, un ami nous connaît et nous fait comprendre que le cœur est impliqué. On ne connaît vraiment que ce que l’on aime. C’est l’amour qui est capable d’aller au-delà de toute évidence. C’est une « connaissance » de l’intérieur, qui part de l’intime. C’est connaître la Vie, la Vérité en suivant la Voie. C’est une connaissance dans l’Amour, une connaissance qui libère.

Jésus a maintes fois dit que sa liberté ne consiste pas à prendre ses distances du Père, mais à faire en tout sa volonté. Liberté et obéissance au Père (qui est toujours l’obéissance au don de soi) coïncident. L’espace véritable de la liberté est l’amour auquel le Christ nous appelle. La vocation est un don à accueillir avec émerveillement: « L'émerveillement pour le don que Dieu nous a fait dans le Christ imprime à notre existence un dynamisme nouveau qui nous engage à être témoins de son amour. Nous devenons témoins lorsque, par nos actions, nos paroles et nos comportements, un Autre transparaît et se communique. On peut dire que le témoignage est le moyen par lequel la vérité de l'amour de Dieu rejoint l'homme dans l'histoire, l'invitant à accueillir librement cette nouveauté radicale. Dans le témoignage, Dieu s'expose, pour ainsi dire, au risque de la liberté de l'homme. ». (Benoît XVI, exhortation apostolique post-synodale Sacramentum caritatis, n° 85).

Aujourd’hui, nous célébrons le dimanche du Bon Pasteur qui est consacré aux vocations sacerdotales, mais nous ne devons pas oublier les vocations religieuses et consacrées, car la personne s’engage à suivre le Christ dans la pauvreté, l’obéissance et la chasteté, rappelle à tout le Peuple de Dieu que : « La pauvreté, la chasteté, l’obéissance ne valent rien tant que qu’elles ne sont pas expressions d’amour, en somme de cet amour qui nous dépouille dans la pauvreté, qui nous purifie dans la chasteté et qui nous immole dans l’obéissance ». (Divo Barsotti[1]). Les Vierges consacrées en particulier vivent cela en se conformant chaque jour davantage à la prière que l’Évêque a faite sur eux le jour de leur consécration: « Conduis-les sur le chemin du salut, pour qu’elles désirent ce qui te plaît et veillent à toujours à y répondre. Par Jésus-Christ, notre Seigneur » (Rituel de consécration des Vierges, n°21)

Deux suggestions :

Une prière et une lecture.

Dans cette marche vers le ciel, Jésus, berger véritable et passionné, nous guide d’un amour providentiel, nous pouvons dire ces paroles de prière: « Guide-moi, ô tendre lumière, au milieu de ces ombres. Guide-moi plus avant ! La nuit est sombre, et je suis loin de ma demeure. Que m’importe de voir le lointain horizon ? Un seul pas me suffit. Trop longtemps, j’en suis sûr, m’a béni Ta puissance pour n’être plus mon Guide, parmi lande et marais, et rocher et torrent, tant que dure la nuit. Oublie tout ce passé: Je ne, t’ai pas toujours priée, comme aujourd’hui, d’être ainsi, Toi, mon Guide. J’aimais alors choisir et connaître ma route, désormais, sois mon Guide ! » (Bienheureux J. H. NEWMAN).

Lecture Patristique

Le Christ, bon pasteur

Des « Homélies sur les évangiles » de saint Grégoire le Grand pape

(Hom. 14, 3-6; PL 76, 1129-1130)

«Je suis le Bon Pasteur.» Et il ajoute : « Je connais mes brebis — c’est-à-dire : je les aime — et mes brebis me connaissent» (Jn 10, 14), comme pour dire clairement : «Elles me servent en m’aimant». Car il ne connaît pas encore la Vérité, celui qui ne l’aime pas. Maintenant que vous avez entendu, frères très chers, voyez si vous êtes de ses brebis, voyez si vous le connaissez, voyez si vous percevez la lumière de la Vérité. Précisons : si vous la percevez, non par la seule foi, mais par l’amour. Oui, précisons : si vous la percevez, non en vous contentant de croire, mais en agissant. En effet, le même évangéliste Jean qui parle dans l’évangile de ce jour déclare ailleurs : «Celui qui dit connaître Dieu, mais ne garde pas ses commandements, est un menteur.» (1 Jn 2, 4). C’est pourquoi ici le Seigneur ajoute aussitôt : «Comme le Père me connaît et que je connais le Père. Et je donne ma vie pour mes brebis.» (Jn 10. 15). C’est comme s’il disait clairement : « Ce qui prouve que je connais le Père et que je suis connu du Père, c’est que je donne ma vie pour mes brebis; je montre combien j’aime le Père par cette charité qui me fait mourir pour mes brebis ». C’est de ces brebis que le Seigneur dit ailleurs : «Mes brebis écoutent ma voix, et je les connais, et elles me suivent, et je leur donne la vie éternelle.» (Jn 10, 14-16). C’est d’elles qu’il déclare un peu plus haut : «Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé, et il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.» (Jn 10, 9). Il entrera en venant à la foi; il sortira en passant de la foi à la vision face à face, de la croyance à la contemplation; et il trouvera pour s’y rassasier des pâturages d’éternité. Les brebis du Seigneur trouvent des pâturages, puisque tous ceux qui le suivent d’un cœur simple se rassasient en pâturant dans des prairies éternellement vertes. Et quels sont les pâturages de ces brebis, sinon les joies intérieures d’un paradis à jamais verdoyant? Car les pâturages des élus sont la présence du visage de Dieu, dont une contemplation ininterrompue rassasie indéfiniment l’âme d’un aliment de vie. Ceux qui ont échappé aux pièges du plaisir fugitif goûtent, dans ces pâturages, la joie d’un éternel rassasiement. Recherchons donc, frères très chers, ces pâturages où nous partagerons la fête et la joie de tels concitoyens. Le bonheur même de ceux qui s’y réjouissent nous y invite. Réveillons donc nos âmes, mes frères! Que notre foi se réchauffe pour ce qu’elle a cru, et que nos désirs s’enflamment pour les biens d’en haut : les aimer, c’est déjà y aller. Ne laissons aucune épreuve nous détourner de la joie de cette fête intérieure : lorsqu’on désire se rendre à un endroit donné, la difficulté de la route, quelle qu’elle soit, ne peut détourner de ce désir. Ne nous laissons pas non plus séduire par les caresses des réussites2. Combien sot, en effet, est le voyageur qui, remarquant d’agréables prairie

Le Père Divo Barsotti était prêtre de Toscane (Italie). Il a fondé la « Communauté des fils de Dieu », communauté de caractère monastique qui comprend des laïcs consacrés et aussi des moines et des moniales. Son immense production littéraire (plus de 150 titres) comprend, entre autres, des journaux mystiques, des commentaires bibliques et des ouvrages de spiritualité.

Source : Paris, 19 avril 2013 (Zenit.org) Mgr Francesco Follo

Lecture pour dimanche: "Le Berger des amis"

Célébrations du week-end

19 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Samedi 20 avril

CREANCEY

Messe à 19h

Dimanche 21 avril

BEUREY

Messe à 9h30

POUILLY

Messe à 11h

Votre site a migré, nous vous prions d'excuser le dérangement occasionné

19 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Votre site a migré, nous vous prions d'excuser le dérangement occasionné en attendant la mise en page définitive. La liste des abonnés à la newsletter n'a pas pu suivre dans son intégralité, Pour ceux qui ne la reçoivent plus, réabonnez-vous vite.. Merci de votre compréhension.

Votez pour Flavigny-sur-Ozerain !

16 Avril 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly Publié dans #Actualité

photo-dr.jpg

Le village de Flavigny-sur-Ozerain a été choisi par Stéphane Bern pour représenter la Bourgogne lors de l'émission Le Village préféré des Français, diffusée sur France 2 en juin.

Il est possible de voter dès aujourd'hui pour le village côte-d'orien en cliquant ici

Vous avez jusqu'au 14 mai pour voter.

L'émission finale sera tournée dans le village gagnant.

Source : http://www.bienpublic.com

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog