Articles récents

Deux défis proposés par le pape François, juin 2013 Respect des peuples et Nouvelle évangélisation

31 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Intention de prière pour l’évangélisation – La nouvelle évangélisation :
Prions pour que là où l'influence de la sécularisation est la plus forte, les communautés chrétiennes sachent promouvoir efficacement une nouvelle évangélisation.
Commentaire : http://www.apostolat-priere.org/derniere-minute.html


« Vous commencerez par le respect ! »

Peurs, ignorance, malentendus, autant d’obstacles au dialogue entre les peuples. Oui, le chemin du dialogue, de l’écoute et du respect réciproque est difficile. Bien que nos écrans, téléviseurs, tablettes, smarts ou Iphones semblent nous rapprocher les uns des autres, et que les ressemblances n’aient jamais été aussi fortes, nous avons beaucoup de mal à nous comprendre. Nous le savons, tout commence dans notre cœur.

---------

Régulièrement nous voyons s’afficher sur nos écrans des flashs sur la Syrie, Israël et la Palestine, le Soudan, le Tibet et la Chine, et tant d’autres peuples. Des conflits entre peuples, ou au sein d’un peuple. Comment se fait-il que nous ayons tant de mal à nous comprendre, à trouver des chemins de dialogue, de respect et d’amitié, alors que nous le désirons tous ? – Tous ?... peut-être pas - Il y tant d’intérêts en jeu. Il y a tant de souffrances aussi, liées au poids de l’histoire…

Même avec une grande bienveillance, dialoguer, écouter, respecter l’autre n’est pas toujours aisé. Nous le vérifions dans nos rencontres personnelles, et d’une manière d’autant plus forte que l’autre est d’une culture différente. J’ai fait l’expérience moi-même en Amazonie que le respect n’est pas forcément là où l’on croit. Par ailleurs, dans un même pays, comme en Belgique, où deux ou trois cultures se côtoient, c’est une source d’enrichissement réciproque mais aussi l’origine de tensions. Comment avancer dans le respect des histoires de chacun et dans le dialogue sans radicaliser les opinions ?

Aujourd’hui nous vivons un brassage culturel et religieux sans précédent dans l’histoire de l’humanité. « Nous sommes en marche vers une modernité ‘’métisse’’, plus riche, plus diverse qu’auparavant » dit Jean-Claude Guillebaud. Mais la naissance à ce « nouveau » monde se fait dans les douleurs de l’enfantement. Il est nécessaire, plus que jamais, d’intensifier la rencontre entre les cultures et les religions, ainsi qu’avec les « non-croyants », dit le Pape François : « pour que ne dominent jamais les différences qui séparent et blessent, mais que, même dans la diversité, l'emporte le désir de construire des liens vrais d'amitié entre tous les peuples »

Enfin, et bien que le défi de ce mois ne concerne que la relation entre des peuples différents, comment ne pas penser au « débat » que nous avons vécu ces derniers mois en France sur des questions fondamentales de société. Dialogue, écoute, respect ? Nombre de personnes se sont senties ignorées, voire méprisées, que ce soit celles qui vivent une relation homosexuelle ou celles qui se sont opposées au projet de loi. Sans compter les blessures et les divisions causées au sein même de la communauté chrétienne.

En ce mois du Cœur de Jésus, prions pour que nous puissions, comme nous y invite le Pape François, promouvoir une véritable culture du dialogue qui construise un pont entre les peuples. Cela commence déjà dans nos relations les plus quotidiennes, par une profonde bienveillance envers l’autre.

P. Frédéric Fornos, jésuite
Coordinateur Européen de l’Apostolat de la prière

Rome, 31 mai 2013 (Zenit.org) P. Frédéric Fornos, S. J.

L’Apostolat de la prière est le réseau officiel de prière du Pape.
Site francophone « Prier au cœur du monde » : http://www.apostolat-priere.org

Lire la suite

Le tweet du Pape aujourd'hui

31 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le tweet du Pape aujourd'hui
Lire la suite

Fin du mois de Marie sous le signe d'une forte dévotion à la Vierge

31 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

C’est un des temps forts de la dévotion mariale. L’image de la Vierge sera portée en procession à travers la place Saint-Pierre, comme pour recueillir les invocations des fidèles. Cela sera sans aucun doute l’une des images fortes qui resteront de ce 31 mai à Rome. Traditionnellement, c’est dans les jardins du Vatican que se déroule la procession conclusive du mois de Marie. Mais cette année, la prière du chapelet sera organisée sur la place Saint-Pierre en présence du pape François, afin de favoriser une plus ample participation à la prière mariale. D’autant que le Saint-Père a recommandé personnellement à plusieurs reprises de prier le chapelet, si possible en famille, et de s’en remettre à la Vierge dans notre vie. Le pape François, qui ne cache pas sa grande dévotion à Marie, avait ouvert solennellement le mois de mai par la prière du Rosaire dans la basilique romaine Sainte-Marie-Majeure. Dans sa méditation, il avait souligné que la Vierge Marie nous aide à grandir, à affronter la vie et à être libre. Dès le lendemain de son élection, le pape argentin s’était déjà rendu dans cette Basilique romaine pour se recueillir devant le tableau de la Vierge, lui confier son nouveau ministère et lui demander de protéger la ville de Rome.Ce vendredi soir, la prière sera confiée au cardinal Angelo Comastri, vicaire général pour la Cité du Vatican, laissant le pape François conclure par une méditation. Ce n’est pas une première car en 2008, Benoît XVI avait lui aussi présidé la conclusion du mois de Marie place Saint-Pierre, au cœur de la catholicité.

Une dévotion mariale au cœur de la foi du Pape


Voici l’article que nous avions publié sur ce sujet le 14 mai dernier


"Demandons à la Vierge Marie de nous enseigner à vivre notre foi dans nos actions quotidiennes, et à donner une place majeure au Seigneur.", déclarait il y a quelques jours le Pape dans un tweet publié sur son compte @Pontifex, et sur ce même compte il nous disait aussi : "Il serait beau, en ce mois de mai, de réciter ensemble en famille le chapelet. La prière raffermit la vie familiale."

Marie nous aide à grandir, à affronter la vie, à être libre

Le samedi 4 mai, le Pape François, pour la récitation du chapelet, s’est rendu à la Basilique Sainte Marie Majeure pour la deuxième fois depuis le début de son pontificat. Lors de sa méditation, le pape François a insisté sur 3 aspects inspirés par la Vierge Marie : elle nous aide à grandir, à affronter la vie et à être libre. Dès le lendemain de son élection, il s'était rendu déjà dans cette Basilique du cœur de Rome pour se recueillir devant la Vierge, dans la matinée du 14 mars. Il avait voulu confier son nouveau ministère à la Vierge Marie et lui demander de protéger la ville de Rome, comme il l’avait promis à la foule la veille au soir, lors de ses premiers mots à peine élu Pape. Et le cliché du Pape offrant un bouquet de fleurs à la Vierge a fait le tour du monde.


Le pontificat confié à Notre-Dame de Fatima

Ce lundi 13 mai, au Portugal, le cardinal José da Cruz Policarpo, patriarche de Lisbonne, a consacré le pontificat qui vient de s’ouvrir à Notre-Dame de Fatima. Cette consécration a eu lieu lors d’une messe marquant le 96e anniversaire des apparitions de la Vierge. Le pape François avait explicitement souhaité cette consécration."Sainte Vierge, nous sommes à vos pieds pour exaucer le souhait clairement exprimé par le pape François de vous consacrer à vous, Vierge de Fatima, son ministère d’évêque de Rome et de pasteur universel", a déclaré le cardinal Policarpo. Il s'exprimait devant les quelque 270'000 pèlerins réunis dans ce sanctuaire portugais, l’un des plus importants au monde, à l’occasion de la fête de Notre-Dame de Fatima. Lors des quelques messes célébrées ces dernières semaines Place Saint-Pierre, et lors des audiences générales, le Pape François n’a pas caché sa grande dévotion à Marie, priant notamment devant des représentations de la Vierge. Pas plus tard que mercredi dernier, le Pape invitait les pèlerins, lors de l’audience, à applaudir Notre-Dame de Luján, patronne de l’Argentine, son pays natal, dont une représentation trônait à ses côtés. Le pape déposait des fleurs blanches devant la statue, avant de se recueillir et de l’effleurer de sa main. Cette dévotion s'inscrit dans le sillage de ses prédecesseurs, Benoît XVI et tout particulièrement Jean-Paul II qui a toujours déclaré avoir été sauvé par la Vierge, lors de l'attentat qui le blessait grièvement le 13 mai 1981.

Source : http://fr.radiovaticana.va

Fin du mois de Marie sous le signe d'une forte dévotion à la Vierge
Lire la suite

Aujourd'hui Fête de la Visitation de la Vierge Marie

30 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Cette fête rappelle la visite de la Vierge Marie à sa cousine Elisabeth. Celle-ci, bien que très âgée, portait en son sein un enfant qui fut plus tard connu sous le nom de Jean-Baptiste. Il baptisa les Juifs dans le Jourdain.

Marie venait d'apprendre qu'elle était elle-même enceinte de Jésus et sa cousine la salua par les mots célèbres : « Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de ton sein est béni,... » (Évangile selon Saint Luc, I, 42). Ces paroles sont entrées dans la deuxième partie de la prière :« Je vous salue Marie ».

Marie y répondit par le cantique du Magnificat :

Mon âme exalte Le Seigneur Exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur !

Il s’est penché sur son humble servante désormais tous les âges me diront bienheureuse

Le Puissant fit pour moi des merveilles Saint est son Nom !

Son Amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui Le craignent

Déployant la Force de Son bras Il disperse les superbes

Renverse les puissants de leurs trônes et élève les humbles

Comble de biens l’affamé renvoie les riches les mains vides

Relève Israël Son serviteur et se souvient de Son Amour

De la Promesse faite à nos pères en faveur d’Abraham et de sa race à jamais

Ce dialogue plein de tendresse a inspiré les artistes, les peintres et les compositeurs au cours des siècles.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

La Visitation, fête de la mission

Comme le Baptiste, l'humanité attend de connaître Jésus

Dans le cycle liturgique, après l’Épiphanie et la Pentecôte, la Visitation pourrait être la troisième fête de la Mission », souligne Mgr Perrier : en effet, comme la rencontre intra-utérine de Jésus et Jean-Baptiste l’illustre, « l’homme, créé à l’image et ressemblance de Dieu, est en attente de le connaître ». Et « l’activité missionnaire de l’Église repose sur cette conviction ».

Mgr Jacques Perrier, ancien évêque de Tarbes-Lourdes, offre aux lecteurs de Zenit une méditation sur le mystère de la Visitation de la Vierge Marie à Elisabeth, célébrée le 31 mai.

" L’enfant tressaillit de joie "

Dans les livres liturgiques, l’Annonciation est rangée dans les « fêtes du Seigneur » et la Visitation dans les « fêtes de la Vierge Marie ». L’inverse serait tout aussi logique. Car l’Annonce est faite à Marie et son « oui » n’est pas pour rien dans l’Histoire du Salut. La Visitation, elle, pourrait être considérée comme une fête du Seigneur puisque c’est sa présence dans le sein de Marie qui déclenche le tressaillement de Jean, la bénédiction prononcée par Élisabeth et la réponse de la Vierge, sous forme de « Magnificat ».

Dans sa Lettre encyclique sur l’Eucharistie (2003), le pape Jean Paul II osait appeler Marie le « premier tabernacle de l’Histoire ». Ce qui importe dans le tabernacle, c’est le Saint-Sacrement.

Quelques mois après la Visitation, l’Enfant naîtra dans la nuit de Bethléem. Mais, dès sa conception dans le sein de la Vierge Marie, il entre dans le monde. Quand sa mère part visiter Élisabeth, lui-même vient à la rencontre de celui qui « préparera ses voies » (cantique de Zacharie).

Le récit de la Visitation pourrait être lu en parallèle avec le Prologue de l’Évangile selon saint Jean : à deux reprises, le Prologue mentionne la mission préparatoire de Jean, le Précurseur.

L’enfant de Zacharie et d’Élisabeth tressaille de joie : il salue l’accomplissement des promesses. Comme le dira le vieillard Syméon, Jésus est « la gloire d’Israël » et tous ceux qui attendaient « la consolation d’Israël » se réjouirent de sa venue.

« Après avoir, à maintes reprises et sous maintes formes, parlé jadis aux Pères par les prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils, resplendissement de sa gloire, effigie de sa substance » (Hébreux 1, 1-3). Pour l’instant, le Fils de Dieu est caché dans le sein de sa mère mais le futur prophète a perçu sa présence. Il est l’ami de l’époux (Jean 3, 29) qui se réjouit parce que le jour des noces est arrivé.

La scène de la Visitation préfigure ce que dira Jésus : « Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. » Jésus vient inaugurer une « création nouvelle », mais l’Histoire du Salut ne commence pas avec lui. Un sillon particulier a été creusé en Israël depuis l’appel d’Abraham : Jésus est l’aboutissement de cette préparation.

Mais, comme le dit Paul aux habitants d’Iconium (Actes 14, 17), « Dieu n’a pas manqué de se rendre témoignage » en dehors d’Israël. Dans la Prière eucharistique IV, le prêtre dit : « … Tu es venu en aide à tous les hommes pour qu’ils te cherchent et puissent te trouver. » Le même saint Paul parle de la création tout entière, « en attente ».

L’activité missionnaire de l’Église repose sur cette conviction : l’homme, créé à l’image et ressemblance de Dieu, est en attente de le connaître. Certes, le péché a tout brouillé et l’accueil de la Révélation demande toujours une conversion. Des ruptures sont nécessaires. Mais les catéchumènes en témoignent : la rencontre du Christ exauce en eux une attente parfois très ancienne. Le Christ n’est pas seulement la gloire d’Israël ; il est aussi « la Lumière qui éclaire les nations », autrement dit les païens.

Le récit de la Visitation est riche de bien d’autres sens. Mais cette lecture a été proposée dans l’esprit de l’Année de la Foi et de la Nouvelle Évangélisation. Dans le cycle liturgique, après l’Épiphanie et la Pentecôte, la Visitation pourrait être la troisième fête de la Mission.

Source : Rome, 30 mai 2013 (Zenit.org) Mgr Jacques Perrier

Aujourd'hui Fête de la Visitation de la Vierge Marie
Lire la suite

La plus vieille Torah du monde retrouvée en Italie

30 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

C'est dans les archives de l'Université de Bologne (Italie), considérée comme la plus ancienne université occidentale, que la découverte a été faite : un rouleau de la Torah, qui daterait du XIIe siècle, a été retrouvé. Long de 36 mètres, fabriqué en peau de mouton, il était classé comme un document du XVIIe siècle, sous l'appellation « Rouleau n.2 ». Mais Mauro Perani, professeur de judaïsme, a « tout de suite pensé que le rouleau était bien plus vieux ».

Selon l'expert, cité par L'Express, ce rouleau « dans un excellent état de conservation » aurait appartenu à un couvent dominicain de la région, et aurait été récupéré par l'université au XIXe siècle, probablement lorsque Napoléon voulut supprimer les ordres religieux. Un tel document témoignerait de la collaboration entre érudits juifs et chrétiens au Moyen-Âge.

Les anciens rouleaux de la Torah sont généralement rarescar, toujours selon Mauro Perani, « dès lors qu'ils étaient abîmés, on considérait qu'ils avaient perdu leur caractère sacré et qu'ils ne pouvaient plus être utilisés pour les cérémonies religieuses. Alors on les enterrait ».

Le plus vieux rouleau complet de la Torah connu jusqu'alors datait de la fin du XIIIe siècle, même si certains fragments remontant aux VIIe et VIIIe siècle existent. L'Université de Bologne prévoit de photographier ce nouveau trésor historique section par section, afin de le rendre disponible numériquement.

AYMERIC CHRISTENSEN
CRÉÉ LE 30/05/2013 / MODIFIÉ LE 30/05/2013 À 10H35

Source : http://www.lavie.fr

LIRE LES AUTRES ARTICLES DE LA MATINALE DU JOUR

La plus vieille Torah du monde retrouvée en Italie
Lire la suite

Impossible de séparer Jésus et l'Eglise

29 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

"Il est impossible de séparer Jésus de l’Eglise", a déclaré le pape François dans sa catéchèse en français, lors de l'audience générale de ce 29 mai 2013, place Saint-Pierre, en présence de quelque 90 000 personnes.

Le pape a annoncé une nouvelle série de catéchèses sur l'Eglise, à partir de Vatican II, dans le cadre de ses catéchèses sur le Credo, pour l'Année de la foi.

Catéchèse du pape François en français

L’Eglise est née du désir de Dieu de réunir en une seule famille tous ses enfants, une famille où chacun se sente proche et aimé de Lui. Toute personne est appelée à y entrer afin de s’ouvrir, et de participer à la vie divine.

Cet appel de Dieu à la communion avec lui remonte à la création. Mais, en raison du péché, c’est désormais à travers l’histoire du salut que Dieu vient chercher l’homme égaré, et lui propose son amour. Cette histoire du salut culmine en Jésus-Christ qui rassemble autour de lui son Eglise, la famille des enfants de Dieu. En mourant sur la Croix, Jésus instaure une alliance nouvelle et éternelle entre Dieu et les hommes ; et il donne vie à l’Eglise.

Tout l’amour que Jésus a manifesté en donnant sa vie lui est communiqué, encore aujourd’hui, par les sacrements, dont l’eau et le sang, jaillis du côté transpercé, étaient les symboles.

Il est donc impossible de séparer Jésus de l’Eglise, puisqu’elle vient de Dieu, elle est son œuvre, elle fait partie de son grand dessein d’amour sur l’humanité ; c’est elle seule qui nous conduit à Jésus.

Source : http://www.zenit.org

Impossible de séparer Jésus et l'Eglise
Lire la suite

Aimez l'Eglise, elle est l'oeuvre de Dieu

29 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le pape a annoncé une nouvelle série de catéchèses sur l'Eglise, à partir de Vatican II, dans le cadre de ses catéchèses sur le Credo, pour l'Année de la foi.

Message aux francophones

Je salue cordialement les pèlerins francophones, particulièrement les fidèles venus de divers diocèse de France, ainsi que les nombreux jeunes présents.

Aimez l’Eglise chers frères et sœurs, elle est l’œuvre de Dieu. Aimez l’Eglise comme Jésus l’aime, il lui a donné sa vie, il lui communique tout son amour.

N’hésitez pas à la défendre ; n’hésitez pas à vous dépenser pour elle, à vous engager à son service, à la rendre plus fraternelle et plus accueillante. Jésus-Christ et l’Eglise c’est tout un !

Bon pèlerinage à chacun d’entre vous !

Source Texte : Rome, 29 mai 2013 (Zenit.org) Pape François

Photo source : le figaro.fr

Aimez l'Eglise, elle est l'oeuvre de Dieu
Lire la suite

Neuvaine du Sacré-Coeur

28 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Mercredi 29 mai débutera la neuvaine préparatoire aux fêtes du Sacré-cœur.

Tous les soirs, sur Radio Espérance, du 29 mai au 5 juin, en direct de la chapelle des apparitions, à Paray-le-Monial à 20h30, pour le chapelet qui sera suivi d’un enseignement et de la prière de la neuvaine au Cœur de Jésus.

Neuvaine du Sacré-Coeur
Lire la suite

Le pape François indique le chemin pour suivre Jésus

28 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Publiée le 28 mai 2013

Suivre Jésus veut dire prendre sa route, non pas pour le pouvoir mais pour le témoignage et le service. Ainsi s'est exprimé le pape François dans l'homélie de la messe, ce mardi matin.

Lire la suite

JMJ RIO

28 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

L'Equipe nationale JMJ vous présente une nouvelle vidéo pour promouvoir les JMJ à Rio du 23 au 28 juillet 2013. Plus beaucoup de places disponibles, inscrivez vous au plus vite !

"Allez donc ! De toutes les nations faites des Disciples" Mt 29,19

Plus d'infos sur rio2013.com/fr

Lire la suite

Le Pape retwitté par l’archevêque de Canterbury

28 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Petit événement dans la sphère de Twitter : l’archevêque de Canterbury, chef spirituel de l’Eglise anglicane, a retwitté un tweet du Pape. Autrement dit, il a republié, via son compte, un message que le pape François avait publié le 24 mai dernier : « Il y a des miracles. Mais la prière est nécessaire ! Une prière courageuse, qui lutte, qui persévère, pas une prière de politesse. »

Cette reprise montre bien que le compte twitter du Pape, @pontifex, est loin d’être un simple gadget de communication mais qu’il permet bien de transmettre des messages à de plus en plus de personnes. Deux millions et demi de personnes suivent ainsi le Pape en anglais, langue la plus utilisée sur ce réseau. En espagnol, ils sont à peine moins nombreux : 2,4 millions d’abonnés. En tout, 6,4 millions de personnes suivent le Pape quotidiennement. Symbole de cette vitalité : le compte en latin connait un succès inattendu avec 101 000 abonnés, soit plus que ceux en langue polonaise ou arabe.

Source :http://fr.radiovaticana.va

Le Pape retwitté par l’archevêque de Canterbury
Lire la suite

Les opposants au « Mariage pour tous » défilent à Paris

26 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Les opposants au « Mariage pour tous » défilent à Paris

Des dizaines de milliers d’opposants au mariage pour tous ont manifesté dans les rues de Paris en France dimanche 26 mai. La loi autorisant le mariage homosexuel a été adoptée le 23 avril dernier, ce qui n’a pas empêché les partisans du collectif « Manif pour tous » de se mobiliser encore une fois. Trois cortèges ont convergé vers la place des Invalides. La manifestation s’est tenue sous haute surveillance en raison de crainte de débordements. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait dit ces derniers jours son "inquiétude" face aux risques de provocation de groupes d'extrême droite. Frigide Barjot, la porte-parole du mouvement n’a pas pris part aux défilés. Elle craignait pour sa sécurité et ne voulait pas être assimilée aux militants de l'extrême droite.

Bataille de chiffres entre les organisateurs et la police

Cette fois-ci encore les organisateurs de la manifestation et la police se sont livrés à une guerre des chiffres. Selon les forces de l’ordre les opposants au mariage homosexuel étaient 150 000. De leur cotés les organisateurs ont estimé à "plus d'un million" le nombre de participants. Avant même ce grand rassemblement, 56 militants anti-mariage homosexuel ont été placés en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche après une manifestation surprise en plein milieu de l'avenue des Champs-Elysées.

(Photo : Les manifestants de la Manif pour tous)

Source :

Lire la suite

En cette Fête de la Sainte Trinité une prière De Sainte Elisabeth de la Trinité

26 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

En cette Fête de la Sainte Trinité une prière De Sainte Elisabeth de la Trinité

"O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère. Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée à votre Action créatrice.

O mon Christ aimé crucifié par amour, je voudrais être une épouse pour votre Cœur, je voudrais vous couvrir de gloire, je voudrais vous aimer... jusqu'à en mourir ! Mais je sens mon impuissance et je vous demande de me « revêtir de vous même », d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre âme, de me submerger, de m'envahir, de vous substituer à moi, afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie. Venez en moi comme Adorateur, comme Réparateur et comme Sauveur.
O Verbe éternel, Parole de mon Dieu, je veux passer ma vie à vous écouter, je veux me faire tout enseignable, afin d'apprendre tout de vous. Puis, à travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et demeurer sous votre grande lumière ; ô mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse plus sortir de votre rayonnement.
O Feu consumant, Esprit d'amour, « survenez en moi » afin qu'il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe : que je Lui sois une humanité de surcroît en laquelle Il renouvelle tout son Mystère. Et vous, ô Père, penchez-vous vers votre pauvre petite créature, « couvrez-la de votre ombre », ne voyez en elle que le « Bien-Aimé en lequel vous avez mis toutes vos complaisances ».
O mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie, Immensité où je me perds, je me livre à vous comme une proie. Ensevelissez-vous en moi pour que je m'ensevelisse en vous, en attendant d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs."

http://www.elisabeth-dijon.org/

Lire la suite

Bonne fête à toutes les mamans

25 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Bonne fête à toutes les mamans

Seigneur, aujourd'hui nous te disons merci
Pour toutes nos mamans. Elles sont si proches de toi,
Car elles sont si proches de la vie.
Elles l'accueillent jusque dans leur corps,
Elles la voient se déployer dans le monde,
Elles s'inquiètent, elles en savent le prix et la fragilité.

Merci Seigneur, pour nos mamans qui ont su se mettre au service de la vie.
Et toi Seigneur, toi le Dieu de la vie, toi qui t'es émerveillé en la voyant jaillir du néant,
Nous sommes sûrs que tu t'émerveilles
Devant ces femmes qui aident la vie
À naître et à grandir. Leur amour est quotidien, obstiné, souvent obscur. Mais n'est-ce pas cet amour qui permet à notre monde d'être plus beau, un peu plus humain.
Merci Seigneur pour toutes nos mamans et merci pour celle qui a bercé ta propre vie, la Vierge de Nazareth, ta mère et la nôtre. Amen

Source : http://mejbsp.blogspot.fr

Bonne fête à toutes les mamans

Marie, Mère de Jésus, Mère dans la foi
et disciple de ton Fils,
toi qui a permis à Jésus dans le foyer de Nazareth
de grandir en âge, en maturité et en grâce,
nous te confions toutes les mamans.
Qu'elles apprennent de toi
la fidélité à leur mission,
qu'elles soient pour ceux et celles
qu'elles ont mis au monde
donneuses de vie
chaque jour de leur existence
par leur écoute et leur tendresse.
Qu'elles apprennent de toi à être attentives
à ce qui grandit et mûrit
dans le coeur de leurs enfants,
qu'elles sachent aussi recevoir autant que donner,
qu'elles sachent reconnaître
les richesses du coeur et de l'esprit
de ceux et celles qu'elles ont
pour mission d'aider à grandir.

Source ; prier.be

Images capturées sur le web

Lire la suite

Suicide à Notre-Dame de Paris : Position du Catéchisme de l'Eglise Catholique sur le suicide

22 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le suicide

2280 Chacun est responsable de sa vie devant Dieu qui la lui a donnée. C’est Lui qui en reste le souverain Maître. Nous sommes tenus de la recevoir avec reconnaissance et de la préserver pour son honneur et le salut de nos âmes. Nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas.

2281 Le suicide contredit l’inclination naturelle de l’être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l’amour du prochain, parce qu’il brise injustement les liens de solidarité avec les sociétés familiale, nationale et humaine à l’égard desquelles nous demeurons obligés. Le suicide est contraire à l’amour du Dieu vivant.

2282 S’il est commis dans l’intention de servir d’exemple, notamment pour les jeunes, le suicide prend encore la gravité d’un scandale. La coopération volontaire au suicide est contraire à la loi morale.

Des troubles psychiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire.

2283 On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.

Source : http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P7U.HTM

Lire la suite

Position Officielle de l'Eglise

22 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Je vous rends grâce Seigneur, pour nous donner un Evêque courageux qui défend clairement la Famille telle que vous l'avez voulue, qui respecte la personne humaine dans la différence et se préoccupe des plus jeunes de vos enfants

Message aux catholiques après la loi sur le mariage et l’adoption

Ce message adressé aux communautés catholiques du diocèse du Havre est le fruit d’une relecture pastorale des moments de forte intensité vécus autour de la réforme du code civil sur le mariage et l’adoption. Elle me paraît nécessaire au vu des divergences qui se sont fait jour au sein de notre communauté diocésaine. Là où cela sera possible et souhaitable, il sera bon d’engager le dialogue autour de ces quelques réflexions que je vous livre. La démarche de dialogue entre nous permettra de nous mettre à l’écoute de l’Esprit du Christ qui nous pousse à témoigner de notre foi au Christ parmi nos contemporains.

Depuis plusieurs mois, beaucoup d’entre vous êtes mobilisés pour exprimer votre opposition au projet de loi ouvrant le mariage aux personnes du même sexe. Je tiens à vous féliciter et vous remercier pour cet engagement au nom du sens de l’homme, de la famille et de votre foi au Christ. Vous avez cherché à engager un débat sur ces questions, bien au-delà de la seule communauté catholique. La présence de plusieurs dizaines de jeunes de la communauté musulmane du Havre qui vous ont accompagnés à Paris, témoigne que vous avez réussi à sensibiliser largement sur les enjeux de ce qui est devenu une loi de la République le mardi 23 avril dernier.

La défense du mariage, de la famille et de l’intérêt supérieur des enfants s’inspirait de l’enseignement social de l’Eglise. L’expression de votre refus a toujours eu le souci de respecter les personnes homosexuelles. La mobilisation s’est maintenue durant plusieurs mois de façon déterminée, dans le calme et la responsabilité. Il faut ici saluer l’exemple des « veilleurs », ces jeunes qui ont cherché à enrayer les dérives violentes lors des manifestations. Ils ont donné un bel exemple d’un engagement enraciné dans une vie spirituelle.

J’ai entendu aussi l’expression de votre déception de n’avoir pas été pris en compte. Même si la loi est validée par le Conseil Constitutionnel, le débat doit se poursuivre. Il faut pouvoir analyser ce qui s’est produit, mettre à jour les malentendus et prolonger une réflexion citoyenne sur les conditions minimales qui permettent d’assurer la cohésion sociale et de construire un vivre ensemble harmonieux et respectueux de tous.

Comme évêque, j’ai été sensible aux clivages que ces débats ont créés dans la société et même dans la communauté catholique. Par-delà l’aspect politique de la question, les divergences d’analyse et la pluralité légitime des opinions au sein de la communauté chrétienne, je vous appelle à vous retrouver sur le témoignage qu’il nous faut rendre ensemble à l’Evangile. Il invite en permanence à prendre le parti du plus petit et du plus vulnérable. Le respect de la dignité de l’homme créé à l’image de Dieu, ne se divise pas. Qu’il s’agisse de l’enfant à naître, de l’intérêt supérieur de l’enfant et de son droit à vivre en famille, de l’accueil et du respect des migrants, de la solidarité avec les demandeurs d’emploi, de l’attention aux personnes malades ou handicapées, de l’accompagnement de la personne en fin de vie ... En toutes ces situations, il nous faut porter ensemble témoignage à l’Evangile de la Vie. C’est l’apport singulier et irremplaçable des disciples du Christ à l’édification d’une société humaine, solidaire et fraternelle.

Continuons à nous mobiliser ensemble pour promouvoir une « écologie humaine » qui s’attache partout à créer les conditions d’épanouissement et de respect de tout l’homme et de tous les hommes. Nous voici donc requis à adopter une nouvelle posture croyante au sein de notre société, comme le cardinal André Vingt-Trois l’indiquait dans son discours d’ouverture, lors de la dernière Assemblée des évêques de France : « Ainsi, se confirme peu à peu que la conception de la dignité humaine qui découle en même temps de la sagesse grecque, de la révélation judéo-chrétienne et de la philosophie des Lumières n’est plus reconnue chez nous comme un bien commun culturel ni comme une référence éthique... C’est un profond changement d’abord pour les chrétiens eux-mêmes... Nous ne devons plus attendre des lois civiles qu’elles défendent notre vision de l’homme. Nous devons trouver en nous-mêmes, en notre foi au Christ, les motivations profondes de nos comportements. La suite du Christ ne s’accommode plus d’un vague conformisme social. Elle relève d’un choix délibéré qui nous marque dans notre différence. »

Pour assumer pleinement notre vocation chrétienne au sein de la société actuelle, des exigences se font jour avec plus de précision. Nous devons nous aider à rendre témoignage d’une vie authentiquement chrétienne et travailler à donner le goût d’une vie radicalement déterminée par l’Evangile. Ne nous bloquons pas sur une attitude refus, car tout n’est pas que politique. Il nous faut encore, par notre témoignage de vie, promouvoir une anthropologie et une éthique éclairées par l’Evangile.

1) Se nourrir de la Parole et prier

Dans notre manière de vivre en chrétien, nous ne pouvons nous satisfaire de l’à peu près. Il nous faut devenir des familiers de la Parole pour nous en nourrir et la mettre en contact avec notre vie pour qu’elle la transforme. La prière doit aussi rester au cœur de notre engagement. Nous ne défendons pas une idéologie, mais nous appartenons au Christ. Notre vie doit refléter ce qu’il est venu révéler de la vérité de notre humanité sauvée. Sans la prière pour le nourrir, notre investissement personnel risque de se laisser dévoyer vers une campagne où le calcul, la ruse ou le rapport de forces risqueront de prendre le dessus.

2) « Devenir une « communauté du oui » au sein d’une société démocratique.

L’exercice de la démocratie suppose d’admettre dès le départ que les divergences d’opinion sont légitimes. Sur cette base, les citoyens et leurs organisations peuvent exprimer librement leur point de vue, dans le respect des autres. Chacun mérite ainsi d’être écouté et respecté dans ses convictions profondes. Le débat doit normalement permettre d’améliorer un projet de façon à recueillir l’adhésion du plus grand nombre. Le mépris, la violence verbale ou physique n’ont pas leur place dans le jeu démocratique. Ils sont, pour les chrétiens, antagoniques avec la liberté religieuse dont ils se réclament.

Dans son homélie du 2 mai dernier, le pape François évoquait l’Eglise comme la « communauté du oui » au sein de la société actuelle : « Demandons au Seigneur que l’Esprit-Saint nous assiste toujours pour devenir une communauté d’amour, une communauté du "oui" qui porte à suivre les commandements, une communauté qui ait toujours la ’’porte ouverte’’... Et qu’Il nous défende de la tentation de devenir parfois puritains, dans le sens étymologique du terme, de chercher une pureté para-évangélique, une communauté du "non" ».

3) Défendre une juste position à propos de l’égalité

L’idéologie égalitariste ne permet pas de gérer positivement la reconnaissance des différences. Elle rend impossible une approche respectueuse de la singularité. Pourtant, chaque être humain est unique. Le reconnaître n’est aucunement porter atteinte au droit à l’égalité qui impose de reconnaître et de promouvoir chacun dans la vérité de son humanité. Vivre en société, c’est toujours faire vivre ensemble des personnes uniques et singulières qui se construisent dans une reconnaissance mutuelle et une interdépendance pour naître à la conscience d’une communauté de destin. Ce qui se prépare au sujet de l’adoption et de la filiation barre la route à une appropriation de la singularité de chaque enfant. On lui mentira, ou bien on brouillera la lisibilité de ses origines. L’enfant ne sera plus accueilli dans une lignée généalogique comme un don, mais on le fabriquera comme un dû !

4) Respecter les personnes homosexuelles

La demande de reconnaissance exprimée par une partie des personnes homosexuelles a trouvé une réponse dans l’ouverture indistincte du « mariage pour tous ». Certaines d’entre elles se plaignent cependant de n’avoir pas été vraiment écoutées et respectées dans la réponse apportée. Leur différence et leur singularité se sont trouvées niées, on les a fait entrer dans un dispositif commun et uniforme qui entravera à terme leur épanouissement dans la vérité de leur humanité. Nous ne pouvons sous-estimer les frustrations et les violences qui naissent chaque fois que les différences sont occultées. On attend du législateur qu’il crée les conditions qui garantissent à la fois le respect de la singularité des individus et les chances pour chacun d’une insertion harmonieuse dans une communauté humaine plus large, qu’elle soit familiale, nationale ou universelle. L’inscription citoyenne et les efforts pour créer du lien social s’accommodent mal de normalisations indistinctes et de formatages égalitaristes qui sont souvent à l’origine de dérives sociétales totalitaires.

L’Eglise appelle les personnes homosexuelles comme les personnes hétérosexuelles, à vivre leur relation dans la chasteté. Il nous faut découvrir la valeur de cette attitude qui doit marquer toutes nos relations pour qu’elles soient vraiment humaines. La chasteté concerne davantage que la dimension sexuelle de la personne, elle est respect de l’autre que je ne peux jamais posséder comme un objet. Au cœur de toute relation, toujours menacée de devenir possessive, elle offre une dimension de gratuité et de respect. Les relations chastes peuvent être source de fécondité sociale. Les personnes célibataires, les personnes vivant dans le célibat consacré peuvent aussi faire l’expérience d’une fécondité d’un autre ordre que l’engendrement. Il est important pour les chrétiens, de témoigner positivement de cette attitude dans le climat ambiant d’érotisation et de libertarisme qui affecte notre société.

5) Témoigner de la valeur du mariage qui ouvre au don de la vie

Les chrétiens sont appelés à redoubler d’efforts pour témoigner de la valeur du mariage, union durable et libre entre un homme et une femme, ouverte sur la vie et offrant aux enfants un cadre éducatif stable et épanouissant. La dimension sacramentelle du mariage inclut le témoignage du bonheur de vivre en couple dans la fidélité et la joie de faire vivre une famille, cellule de base de la société et de l’Eglise. Tenir dans la fidélité entre époux et ’faire famille’ n’est pas sans difficultés. Habitée par la Miséricorde de Dieu, tout en continuant à témoigner de la valeur des exigences de la fidélité et de l’indissolubilité du mariage, notre Eglise doit pouvoir accompagner les familles en difficulté ou en échec sur un chemin de croissance et d’épanouissement. En ce sens, j’encourage les efforts de tous les groupes et mouvements engagés au sein de la pastorale familiale du diocèse.

6) Se préoccuper de l’éducation affective des jeunes

Dans une société fortement érotisée, il y a urgence à travailler à l’éducation relationnelle, affective et sexuelle des jeunes générations. Nous connaissons trop de blessés de l’amour qui se remettent difficilement d’expériences éphémères et destructrices, qui les ont rendus désabusés et parfois même désespérés. J’invite les mouvements de jeunes, les aumôneries et l’enseignement catholique à s’investir pour la formation des jeunes en ce domaine. C’est essentiel pour qu’ils puissent vivre ces dimensions de leur personnalité de façon authentiquement humaines.

Que l’Esprit nous aide à discerner et à ouvrir les chemins du témoignage de notre foi et du service de l’Evangile au cœur de tous les débats de notre société.

Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre
Président du Conseil Famille et Société

Source

Position Officielle de l'Eglise
Lire la suite
Lire la suite

Samedi 31 mai : Soirée Louange avec Glorious à Dijon

20 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Soirée louange à l'église Sainte Bernadette à 20h30

vous pouvez prendre vos billets à La Procure

ou par internet sur le site http://www.weezevent.com/glorious

Samedi 31 mai : Soirée Louange avec Glorious à Dijon
Lire la suite

Lectures du jour de Pentecôte Solennité du Seigneur

18 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Lectures du jour de Pentecôte Solennité du Seigneur
Lire la suite

La Pentecôte, fête de l'Esprit Saint et de l'Eglise

18 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Le don de l'Esprit Saint

La Pentecôte marque la venue de l'Esprit Saint sur les apôtres et la naissance de l'Eglise.

Cet événement étant survenu cinquante jours après Pâques (en grec, pentêkostê signifie « cinquantième »), les catholiques célèbreront cette année la Pentecôtedimanche 27 mai.

L'événement de la Pentecôte ne peut être compris qu'en lien avec Pâques et l'Ascension : Mort pour le salut du monde (le vendredi saint), ressuscité (le jour de Pâques) et parti rejoindre le Père (à l'Ascension), le Christ envoie aux hommes son Esprit (à la Pentecôte). C'est pourquoi cette fête clôt le temps pascal, qui dure sept semaines, et dont elle est le couronnement.

Ce jour-là, les apôtres « se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain, il vint du ciel un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux. Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint. Ils se mirent à parler en d'autres langues, et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit. (...) Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient dans la stupéfaction parce que chacun d'eux les entendait parler sa propre langue. » 1

Ainsi se réalisait la promesse faite par le Christ aux apôtres au moment de son Ascension, une dizaine de jours plus tôt : « vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. » 2

En effet, les apôtres, ayant reçu la force de l'Esprit, eurent alors le courage de sortir de la salle du Cénacle où ils étaient craintivement enfermés. Ils commencèrent aussitôt à témoigner de larésurrection du Christ, à faire connaître son enseignement et à baptiser. « Lors de la Pentecôte, l'Eglise est constituée non par une volonté humaine, mais par la force de l'Esprit de Dieu. »3 : En effet, à la suite de cet événement, sont nées les premières communautés chrétiennes, qui se sont ensuite organisées, développées et propagées.

Source : http://www.eglise.catholique.fr

La Pentecôte, fête de l'Esprit Saint et de l'Eglise
Lire la suite

Prière à l’Esprit Saint

18 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Viens, Esprit Créateur nous visiter
Viens éclairer l'âme de tes fils;
Emplis nos coeurs de grâce et de lumière,
Toi qui créas toute chose avec amour

Toi le Don, l'envoyé du Dieu Très Haut,
Tu t'es fait pour nous le Défenseur;
Tu es l'Amour le Feu la source vive,
Force et douceur de la grâce du Seigneur

Donne-nous les sept dons de ton amour,
Toi le doigt qui oeuvres au Nom du Père;
Toi dont il nous promit le règne et la venue,
Toi qui inspires nos langues pour chanter

Mets en nous ta clarté, embrase-nous,
En nos coeurs, répand l'amour du Père;
Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse,
Et donne-nous ta vigueur éternelle.

Chasse au loin l'ennemi qui nous menace,
Hâte-toi de nous donner la paix;
Afin que nous marchions sous ta conduite,
Et que nos vies soient lavées de tout péché.

Fais-nous voir le visage du Très-Haut,
Et révèle-nous celui du Fils;
Et toi l'Esprit commun qui les rassemble,
Viens en nos coeurs, qu'à jamais nous croyions en toi.

Gloire à Dieu notre Père dans les cieux,
Gloire au Fils qui monte des Enfers;
Gloire à l'Esprit de Force et de Sagesse,
Dans tous les siècles des siècles. Amen.

(Traduction française du "Veni Creator")

Prière à l’Esprit Saint
Lire la suite

Avignon : après l'agression de son prêtre,...

16 Mai 2013 , Rédigé par Scribe 2012

Lire la suite

Prenez votre place pour le 26 mai à Paris !

15 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

La mobilisation ne faiblit pas, dans toute la France et selon les informations à ce jour, nous serons plus nombreux encore que le 24 mars.

Prenez votre place pour le 26 mai à Paris !
Lire la suite

Ce week End : Journée mondiale des Communications sociales

15 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Entre la fête de l’Ascension et celle de la Pentecôte, il y a le 7e dimanche de Pâques établi par l’Eglise comme Journée mondiale des Communications sociales.

Certains pensent que la communication dans l’Eglise (c’est-à-dire ce que les chrétiens font pour parler de leur foi) est mauvaise, maladroite, ringarde. D’autres constatent qu’elle se fait de manière de plus en plus désinhibée, utilisant des moyens et des styles modernes (vidéos décalées, parodies). Les réseaux sociaux (Blogs, Facebook, Twitter) ont pris de plus en plus de place dans la vie des chrétiens. Ou plutôt, les chrétiens tiennent de plus en plus leur place dans les réseaux sociaux. Cela plaît à certains tandis que d’autres trouvent cela tapageur et plutôt réactionnaire.

Réactionnaire, oui ! Dieu merci ! Au sens basique du terme : celui qui est capable de réagir et qui le fait. C’est le principe même des réseaux sociaux. Je m’implique, j’apporte ma vision des choses, les informations que je connais, je dis mon opinion et je la défends. En bref, je réagis !

Le risque d’une affirmation de la foi qui isolerait les chrétiens du monde est toujours rampant. Mais ne pas avoir la volonté de communiquer sa foi serait très déconcertant. Tellement déconcertant que c’est un des lieux d’incompréhension entre les différentes générations de catholiques. Vous constatez sans doute comme moi, cependant, qu’il y a aussi de la diversité à l’intérieur de chaque génération. La communication que permet Internet sur un vaste espace public me rend admiratif des jeunes qui ont pris le parti de l’utiliser. Cela fait partie de l’audace de l’annonce de la foi. Certains sont déroutés que cela risque d’aller dans tous les sens. Mais pour l’Eglise, c’est bien une manière de sortir d’elle-même !

Il faut pouvoir prendre du recul spirituel sur l’utilisation des réseaux sociaux et d’Internet pour l’annonce de sa foi. J’ai trouvé pour cela trois idées importantes dans le message par lequel le pape Benoît XVI, aujourd’hui émérite, a annoncé la 47e journée mondiale des communications sociales.

Les réseaux sociaux permettent l’échange. Ils permettent la communication et le développement de liens d’amitié. Mais la finalité de la vie chrétienne est encore au-delà et les moyens de communication ne doivent pas perdre l’objectif de « faciliter la communion ».

Dire sa foi sur Internet, c’est être authentique, disait Benoît XVI, entre témoignage et respect. C’est plus que de passer des idées : « on se communique soi-même ».

Enfin, la recherche de l’originalité et de la modernité des moyens de communication est importante. Mais au-delà du moyen, au-delà du contenu, nous croyons que c’est « toujours grâce à la force de la Parole de Dieu » que l’on touche les cœurs, « bien avant tout effort de notre part ».

Les moyens de communication de toute époque impliqueront toujours engagement et humilité de notre part. Ne pensez-vous pas que l’on se fera illusion, pour parler de communication, si l’on ne tient pas tout cela ensemble : Ecouter ; Communiquer ; Accueillir ; Rencontrer.

La foi de plus en plus présente sur Internet et en particulier sur les réseaux sociaux : cela vous réjouit ? Cela vous inquiète ? Pensez-vous qu’il y ait un véritable enjeu ?

Fr. Philippe Jaillot o.p.

Source : http://www.lejourduseigneur.com

Ce week End : Journée mondiale des Communications sociales
Lire la suite

FREEZMOB Diaconia

15 Mai 2013 , Rédigé par Paroisse de Pouilly

Lire la suite